Un nouveau roman signé Mabille

L’auteur namurois Jean-Hubert Mabille est de retour avec un nouveau roman, le sixième en six ans, aux éditions du Panthéon.

Un certain Clément Ledouble, au patronyme sans doute prédestiné, mûri par l’âge et les déceptions, à la sensibilité d’artiste écorché vif et accro à l’alcool, se penche sur un passé peu reluisant.
Après un mariage raté et diverses aventures sentimentales insatisfaisantes autant que torrides, il rencontre une femme remarquable. Agniezska lui a raflé la mise sur le marché de la souffrance et des bassesses humaines : elle a dû quitter sa terre natale, la Pologne, pour fuir le nazisme. Après un périple éprouvant, la jeune fille et sa sœur parviennent en zone francophone d’Europe occidentale où les épreuves de survie seront presque aussi pénibles que dans l’Est.
L’idylle que cette femme de tendresse et d’amour entame avec un homme aussi désabusé, instable et malade sera-t-elle durable ? Rien n’est moins sûr.
La seule certitude pour Agniezska est l’espoir d’un salut par la présence et la consolation de membres de sa famille sauvés de l’Holocauste.
Jean-Hubert Mabille observe ses semblables avec la bienveillance et la finesse qui lui sont coutumières. D’une plume singulièrement tendre, il dépeint cette relation entre deux êtres égarés. Il est l’auteur du « Tableau » (2018), de « La petite fille à la balançoire » (2019), « La main sur le corps » (2020) et « Le livre d’Émile » (2021), parus aux Éditions du Panthéon.
Un certain Clément Ledouble, au patronyme sans doute prédestiné, mûri par l’âge et les déceptions, à la sensibilité d’artiste écorché vif et accro à l’alcool, se penche sur un passé peu reluisant. Après un mariage raté et diverses aventures sentimentales insatisfaisantes autant que torrides, il rencontre une femme remarquable. Agniezska lui a raflé la mise sur le marché de la souffrance et des bassesses humaines : elle a dû quitter sa terre natale, la Pologne, pour fuir le nazisme. Après un périple éprouvant, la jeune fille et sa sœur parviennent en zone francophone d’Europe occidentale où les épreuves de survie seront presque aussi pénibles que dans l’Est. L’idylle que cette femme de tendresse et d’amour entame avec un homme aussi désabusé, instable et malade sera-t-elle durable ? Rien n’est moins sûr. La seule certitude pour Agniezska est l’espoir d’un salut par la présence et la consolation de membres de sa famille sauvés de l’Holocauste. Jean-Hubert Mabille observe ses semblables avec la bienveillance et la finesse qui lui sont coutumières. D’une plume singulièrement tendre, il dépeint cette relation entre deux êtres égarés. Il est l’auteur du « Tableau » (2018), de « La petite fille à la balançoire » (2019), « La main sur le corps » (2020) et « Le livre d’Émile » (2021), parus aux Éditions du Panthéon. ©Editions du Pantheon
La Rédaction de L'Avenir

Intitulé Les Chemins de basse ville , l’ouvrage dépeint la relation entre Clément et Agniezska. Le premier est un homme désabusé, un écorché vif accro à l’alcool que la vie a déçu. La seconde, tendre et aimante, a dû quitter la Pologne pour fuir le nazisme. Ces deux-là étaient-ils faits pour être ensemble? C’est la question que pose le livre, qui est disponible en librairie (14,9€).