Alcool et cocaïne: il devient méchant face à sa compagne et son fils

Le quadragénaire avait pris, la veille, de la cocaïne. Une dose d’alcool plus tard, le cocktail l’a rendu méchant.

L.C.
Composition with cocaine and glass of alcohol on white background
Composition with cocaine and glass of alcohol on white background ©New Africa – stock.adobe.com 

Le cocktail détonant de cocaïne et d’alcool a provoqué le pétage de plombs de Mauro, le 12 février dernier. Le parquet lui reproche, ce jour-là, une scène de coups et blessures sur sa femme, ainsi que des menaces sur cette dernière et sur son fils.

Dépressif à la suite d’une relation compliquée avec sa femme et des difficultés rencontrées concernant l’éducation de son fiston, Mauro a cru bon de boire. " J’ai un garçon très difficile à vivre, qui est addict aux jeux et qui refuse de faire ses devoirs. J’ai pensé qu’en prenant un peu d’alcool ça allait aller mieux. Avec la cocaïne prise la veille, au lieu de m’apaiser, ça m’a rendu méchant."

Le parquet l’admet honnêtement, Mauro n’a pas tabassé sa femme, mais la plus légère poussée du monde suffit à retenir l’existence de coups. Pas de difficulté, non plus, pour la détention de cocaïne consommée la veille.

Un peu plus tôt, le jour de Noël, Mauro a harcelé sa femme pour voir son gamin après avoir ingurgité une tablette de Xanax. " Elle était partie chez sa maman et je voulais le voir.", confirme le père de famille. Il est plutôt inhabituel pour le substitut Vervaeren de ne pas trop savoir la peine à requérir dans un dossier pénal. Dans ce cas-ci, l’état psychologique de Mauro pose une difficulté.

Une peine de 2 ans de prison, avec un sursis probatoire, est finalement requise. " La place du prévenu n’est certainement pas en prison", ajoute le magistrat.

MeLepied embraye dans le même sens et plaide également un sursis probatoire. Jugement le 21 avril.