Vers une «belle mort» de Télépronam

La cessation des activités du service de télévigilance provincial a été actée. Il existe des alternatives pour les bénéficiaires.

Emmanuel Wilputte
Vers une «belle mort» de Télépronam
Le service provincial de télévigilance disparaîtra, au plus tard le 31 décembre. ©ÉdA – 401121227520

On savait déjà le service de télévigilance Télépronam condamné, depuis l'annonce de la restructuration de la Province. Pas de surprise, mais ce vendredi, au conseil provincial, la cessation des activités a été actée. Avec le seul vote négatif du PS, dans l'opposition. Le chef de groupe socialiste Antoine Piret soulignant «un vrai regret» sur ce choix. Par contre, dans l'opposition Écolo, Georges Balon Perin se demande comment on n'a pas fait ce choix il y a 10 ou 15 ans. Une réplique aux affirmations de la députée Geneviève Lazaron (cdH) et à son résumé d'une histoire qui sera révolue au plus tard à la fin de cette année: «C'était un beau service, mais d'autres le font aussi bien». L'économie est évidente, puisque ce service fonctionnait 24 heures sur 24. Le staff? «Certains ont déjà répondu à l'appel à la mobilité », souligne Mme Lazaron.