Promenons-nous dans les bois…

Bernard Sabatier habite rue du Bois d’Ohey depuis 1971. Quand il s’est installé avec son épouse, une voisine se plaisait à les surnommer les «aplovou», qui veut dire, en wallon, «venus avec la pluie»… Depuis, le couple a creusé son trou et noué des liens profonds avec de nombreux habitants du cru et leur village qu’ils aiment par-dessus tout!

Nathalie Côte

Pourquoi? Bernard nous propose de lever le voile sur une partie de la beauté oheytoise. «Nous cherchions une maison isolée à la campagne avec un grand terrain pour que Monique, ma femme, puisse réaliser son rêve: imaginer un beau jardin… et moi, installer mes ruches car je suis apiculteur depuis un bon bout de temps! C’est la première chose que j’aimerais partager avec les lecteurs: la poésie de l’infiniment petit. Un jardin est un monde à part entière et renferme des dizaines, des centaines d’espèces différentes: insectes, oiseaux et petits mammifères. La première photo aura donc un rapport avec la beauté du jardin de ma femme qui ouvre régulièrement au public. La deuxième photo illustrera plutôt la beauté et la richesse des bois environnants. À Ohey, nous avons des paysages magnifiques et dans les bois, il y a pas mal de coins qui invitent au voyage… un voyage intérieur ou réel. Le Bois d’Ohey est assez magique tout comme les paysages que l’on peut découvrir le long de la route menant de Haillot à Huy… Les Tiges & Chavées dans le brouillard, un matin d’automne, c’est vraiment quelque chose!» Compris, Bernard… Nous allons ouvrir les yeux sur ce qui vnous entoure!