Malicieux correcteur...

Une bonne orthographe est un défi quotidien que tout journaliste consciencieux se doit de relever. Heureusement, les correcteurs informatiques sont là pour nous filer un coup de main.

Encore faut-il ne pas valider toutes leurs propositions les yeux fermés. Surtout quand ils se piquent au jeu de corriger des noms propres. Jugez plutôt: passons sur Maxime Prévot dont le nom de famille se retrouve affublé d’un accent circonflexe. Plus ennuyeux est l’accent aigu qui vient se glisser sur le nom de Luc Delire. Le correcteur nous apprend que Benoît Dispa, s’appelle en réalité Dissipa, quand ce n’est pas carrément Disparu.