Quatre mains, un livre

«La Gardienne du kiosque», troisième roman co-écrit par Bernadette Herman et l'Algérien Abdel Boucharba, vient de sortir en France.

Laurent GUYOT

Plus de trente ans passés dans les cuisines de l'école Jean XXIII, suivis d'une reconversion peu commune. C'est l'histoire de Bernadette Herman. Lorsque, voici près de quatre ans, elle a pris sa pension, elle a acheté un ordinateur. «Pour ne pas s'ennuyer», dit-elle. Bien qu'elle n'ait jamais, jusque-là, posé les mains sur un clavier, elle s'est vite habituée aux nouvelles technologies. Ce qui la motivait surtout ? Obtenir des informations sur son éternelle grande passion : la littérature. Elle s'est inscrite à un forum de poésie. Elle y a lu les poèmes d'Abdelkader Boucharba, un Algérien d'une cinquantaine d'années, vendeur d'en-cas de là-bas la journée et poète en soirée. Bernadette a aimé le travail d'Abdel et lui a fait savoir. Ils ont sympathisé.