Binche, Soignies et Écaussinnes interdisent aussi l’accès aux maisons de retraite

Leurs bourgmestres respectifs ont tous pris un arrêté en ce sens.

U.P.
Binche, Soignies et Écaussinnes interdisent aussi l’accès aux maisons de retraite
De plus en plus de communes s’opposent à la réouverture aux visites dans les maisons de repos. ©Reporters/DPA


- Des premières mesures de confinement ont été décidées pour la Belgique le 12 mars. Les mesures ont été renforcées à partir du 18 mars puis prolongées le 27 mars jusqu'au 19 avril.

+ QUIZ | Permis ou interdit? Le confinement en 10 questions

- Au niveau politique, Sophie Wilmès a prêté serment le 17 mars pour un gouvernement de pouvoirs spéciaux.

- Numéros utiles: tous les ressortissants belges qui se retrouvent coincés dans un pays étranger peuvent contacter le call center du SPF Affaires étrangères au 02/501.40.00 (de 9h à 20h, heure belge). Pour tout autre question, afin de désengorger les postes de garde de médecine générale, une ligne spéciale a été mise en place: 0800/14 689 (entre 8h et 20h).

- Mais aussi:le site web www.info-coronavirus.bele et le compte Twitter du SPF Santé.

+ VIDÉO | Coronavirus: un spot pour rappeler les mesures de prévention

+ LIRE AUSSI | 36 réponses à des questions concrètes sur le coronavirus

+ LIRE AUSSI | 12 précautions pour faire vos courses

+ DOSSIER | Tous les infos sur le coronavirus

La décision du Conseil National de Sécurité d’autoriser la visite d’un parent dans les maisons de repos et de soins et les institutions pour personnes handicapées a suscité beaucoup de réactions de la part des communes et des CPAS, qui pour beaucoup ont dégainé ordonnances et arrêtés de police pour interdire tout accès à des personnes extérieures à ces institutions.

C’était le cas jeudi des bourgmestres de Mons et de La Louvière, qui tous deux estimaient que l’on jouait avec le feu en autorisant à nouveau des visites dans des lieux hébergeant des personnes vulnérables face au Covid-19 et qui sont des foyers épidémiques.

D'autres communes de la région ont raisonné de la même manière. A Binche, le bourgmestre Laurent Devin, en accord avec le président du CPAS, a également interdit les visites de proches dans les maisons de repos de la Ville de Binche.

Suite à différents contacts avec les professionnels de santé, les autorités communales estiment que la priorité reste la généralisation des tests du personnel et des résidents, que le moment est mal venu pour faire subir au personnel de ces maisons une nouvelle charge de travail et que l’organisation des visites demande un temps de réflexion afin qu’elle se déroule dans des conditions acceptables.

Même topo à Soignies, où la bourgmestre Fabienne Winckel a pris un arrêté hier soir interdisant l'accès aux maisons de repos sur son territoire. «Cette décision a été prise en concertation avec les institutions concernées», précise la Bourgmestre.

«Le besoin de contact afin de combler la solitude des personnes isolées au sein de ces institutions peut être compréhensible, mais à l’heure actuelle la pandémie est encore beaucoup trop présente dans plusieurs établissements de notre entité, il me paraissait inopportun et prématuré d’envisager d’ouvrir ces infrastructures aux familles des résidents.»

Enfin à Ecaussinnes, le Bourgmestre Xavier Dupont a fait de même, en concertation avec les directions des deux maisons de repos implantées, en interdisant à toute personne extérieure à la maison de repos d'y pénétrer.

«Une exception est toutefois permise pour le personnel médical, soignant ou de secours qui serait appelé à intervenir. Cette interdiction vaut jusqu’au 3 mai inclus.»