Malgré les difficultés, le festival mondial de folklore de Saint-Ghislain sera de retour en 2023

Cette 37e édition sera axée sur l’Amérique.

Florian Ducobu
Le ballet de l'Equateur, NUKANCHIK de la ville de Riobamba sera présent pour la première fois au Festival Mondial de folklore de la ville de Saint-Ghislain en 2023.
Le ballet de l'Equateur, NUKANCHIK de la ville de Riobamba sera présent pour la première fois au Festival Mondial de folklore de la ville de Saint-Ghislain en 2023. ©D.R.

Après trois années d’absence, le festival mondial de folklore va faire son grand retour à Saint-Ghislain en juin prochain. Marqué par la crise sanitaire, l’événement doit composer avec de nombreuses difficultés, notamment financières, pour pouvoir organiser sa 37e édition. Coûts de transport, guerre en Ukraine, etc ne facilitent pas la tâche du président. Malgré tout, plusieurs groupes ont déjà confirmé leur présence pour cette édition axée sur les pays d’Amérique.

Cela fait trois ans que nous n’avons pas pu organiser le festival. Il y a bien évidemment eu les deux années de covid et, l’année dernière, nous nous sommes rendu compte, quelques mois avant l’événement, qu’il était trop compliqué de faire venir les groupes des quatre coins du monde en raison des restrictions encore en place”, confie Daniel Cousty, président du festival mondial de folklore. “Nous rencontrons encore quelques difficultés pour le choix des groupes en raison de la guerre en Ukraine. Nous avons donc décidé de nous axer sur l’Amérique. Les groupes russes, ukrainiens et biélorusses ne seront quant à eux pas invités.

Huit à neuf groupes étrangers devraient être au rendez-vous de cette 37e édition. Quelques groupes belges viendront compléter la programmation. “Nous voulons également fêter les 100 ans des premières arrivées de Polonais en Belgique. L’un des meilleurs groupes de Pologne sera présent pour l’occasion”, poursuit Daniel Cousty. “Nous voulons avant tout retrouver notre public. Organisateurs et bénévoles sont impatients de retrouver cette grande manifestation. Nous espérons pouvoir accueillir 15 000 visiteurs comme cela était le cas les années précédentes.

Pour attirer le plus de personnes possible, les séances enfantines seront de retour le mardi, mercredi, jeudi et vendredi en matinée. Les séances séniors auront quant à elles lieu le soir. “De grands moments sont également prévus mais nous ne pouvons pas en dire plus pour le moment”, explique Daniel Cousty.

Pour mettre en place cette 37e édition, les organisateurs doivent faire face à des difficultés financières les obligeant à faire preuve d’ingéniosité pour accueillir les artistes à moindres coûts.

Nous rencontrons de grosses difficultés au niveau des transports. Ces derniers ont augmenté entre 30 et 40 % pour un même parcours par rapport à la dernière édition. Nous avons également décidé de loger quatre groupes dans des familles d’accueil pour limiter les dépenses”, indique Daniel Cousty. “Nous devons aussi nous occuper de la décentralisation des artistes. Le festival de Saint-Ghislain est le premier au programme. Les artistes ne pouvant pas se permettre de faire l’aller-retour, nous devons nous arranger avec les autres festivals limitrophes pour les booker là-bas également. Avec la crise sanitaire, certains événements ont pris fin n’arrangeant rien à notre situation.

Le travail de Daniel et des nombreux bénévoles se traduit donc par une recherche de groupes en ces mois d’octobre et novembre. En janvier, les premières séances de promotion, à destination des écoles et des séniors, auront lieu. La publicité de l’événement se poursuivra en mars et jusqu’au début de l’événement qui se tiendra du 18 au 26 juin.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...