Le Park Rock fait son retour dans le parc de Baudour

Après trois ans d’absence, le « petit » festival rock est de retour ces 13 et 14 août. Avec deux leitmotivs: qualité et accessibilité.

Ugo Petropoulos
 /
/ ©- Festival Park Rock

Cela fera trois ans que les décibels n’ont plus enchanté le parc communal verdoyant de Baudour, la pandémie de Covid-19 ayant contraint les organisateurs de mettre au frigo le festival à deux reprises. Mais cette fois-ci, c’est la bonne: les amateurs de rock dur et moins dur ont rendez-vous ces 13 et 14 août pour se secouer les cervicales à l’occasion de la 17e édition de ce festival dont le thème est identique: la mise en valeur du rock sous toutes ses formes.

Mais remettre la machine en route a été compliqué, comme le confie Nicolas Sand, organisateur. "Ce fut difficile de se remettre dans le bain car on perd vite des habitudes après deux ans. Pour les fournisseurs, ça a aussi été un combat pour avoir le matériel nécessaire à l’organisation du festival et sans lequel on aurait pu devoir annuler. Ça a été assez difficile, notamment pour trouver des barrières Heras, mais aussi des prestataires techniques son et lumière. On a un peu galéré, mais on y est arrivé."

Outre la pénurie, l’organisation a dû faire face à une solide augmentation des coûts, mais pas de quoi revoir ses exigences techniques: "les gens ont l’habitude d’une organisation professionnelle au Park Rock et on a mis les moyens pour que ça ne change rien pour les festivaliers." Qui, l’espère l’organisation, n’aura pas oublié le chemin pour venir à Baudour dans la profusion d’événements apparus après le Covid.

Les préventes décollent enfin

"C’est un combat de tous les jours pour rester dans l’esprit des gens. Nous sommes un ‘petit festival’ et il y a une surenchère d’offres en Belgique. De plus, d’autres soucis se sont rajoutés à ça: l’augmentation des coûts de l’énergie, la pandémie qui est toujours là, la guerre en Ukraine...Il y a une bonne soupe qui fait que les gens sont indécis et attendent le dernier moment."

Ce qu’observent les organisateurs au niveau des préventes, assez calmes jusqu’il y a deux semaines. "Depuis deux semaines, elles augmentent de jour en jour et on a battu tous les records hier. On n’est pas encore tout à fait rassurés, mais on sait de notre propre expérience ainsi que sur d’autres festivals cet été qu’énormément de gens achètent le jour même. De plus au Park Rock, il n’y avait pas de préventes avant 2018. On s’attend à avoir malgré tout du monde."

Tarifs démocratiques

C’est surtout le samedi que les organisateurs s’attendent à faire le plein, pour la soirée "Tribute Bands" où des groupes hommage à Queen, Kiss, Guns’n’Roses ou ZZ Top se produiront. "On a vraiment la crème de la crème au niveau européen, quatre sont vraiment fabuleux, voire meilleurs que les originaux", sourit Nicolas. Le dimanche, où neuf groupes "originaux" se succèderont, n’est pas en reste: "on a trois têtes d’affiche avec Sidilarsen, Lofofora et Danko Jones. Ce n’est pas rien d’avoir ça dans le parc de Baudour."

Et cela à des tarifs extrêmement démocratiques: 20€ le samedi et 30€ le dimanche, en prix plein. Quant aux tarifs réduits réservés aux habitants de l’entité et aux mineurs, ils vont de 7 à 17€. Big deal. "On a gardé les mêmes prix que ce qui était prévu en 2020, idem pour le prix des boissons et de la nourriture sur place. Vu la chaleur, on va même diminuer le prix de l’eau de moitié. Les gens sont bombardés d’augmentations de partout et on veut être respectueux, tout en continuant de leur offrir un bon festival. Même si on s’en sort tout juste, on aura organisé quelque chose de sympa pour les gens."

https://parkrockfestival.be/