Saint-Ghislain: des nouvelles rassurantes sur les incidents survenus au zoning

Le conseil communal est revenu sur l'incendie de l'entreprise Nouryon et l'alerte chez Google.

G.La
Saint-Ghislain: des nouvelles rassurantes sur les incidents survenus au zoning

Lundi soir, lors du conseil communal de Saint-Ghislain, Pascal Baurain (Osons!) est revenu sur l'incendie qui s'était déclaré au sein de l'entreprise Nouryon le 17 mai. Le conseiller d'opposition a soulevé toute une série de questions pour faire la lumière sur cet accident survenu au sein du zoning Seveso, trier les informations vérifiées des rumeurs et éventuellement, écarter certaines inquiétudes.

"Des versions divergentes circulent. Pouvez-vous nous faire part de l'origine exacte de l'incendie? S'agissait-il d'un fût de peroxyde ou de fûts vides?", a demandé le conseiller au bourgmestre de Saint-Ghislain. Pascal Baurain s'est également inquiété de la nature des épaisses fumées noires qui s'étaient dégagées lors de l'incendie. Ainsi que des informations des services provinciaux selon lesquelles la gestion de l'accident n'aurait pas été optimale.

Daniel Olivier revient sur le déroulement des faits et apporte des informations complémentaires. "Nous avons été alertés à 20h qu'un fût de peroxyde était en feu. Mais le peroxyde ne dégageant pas de fumées noires, on s'est vite rendu compte que c'était des cubitainers de graisses animales et végétales situés juste à côté qui avaient pris feu. Une cinquantaine de pompiers ont été mobilisés et à 20h50, l'incendie était maîtrisé. Un véhicule spécial pour déterminer le risque chimique était présent. Il nous a été confirmé très rapidement que les fumées n'étaient pas polluantes. Le fût de peroxyde était vide ou quasi-vide et l'incendie des graisses ne présentait pas de risque chimique."

Quant à la gestion de la crise en elle-même… "Il y a eu une mauvaise interprétation des informations des services du gouverneur. Ils n'ont jamais dit qu'il y avait eu des dysfonctionnements. Mais dans le cadre de la démarche qualité, il y a un processus continu d'amélioration du système d'alerte ou du centre de crise, ce dernier n'ayant même pas dû être ouvert dans ce cas-ci. On regarde ainsi ce qui peut encore être amélioré pour l'avenir, mais il n'y a pas eu de dysfonctionnements en tant que tels."

Quelques jours après l'incendie de l'entreprise Nouryon, ce sont les sirènes du Data Center de Google qui retentissaient au milieu de la nuit, faisant craindre le pire aux voisins du zoning Seveso. "Il semble qu'une erreur du système informatique a déclenché une alarme qui ne correspondait pas à un véritable incident, raison pour laquelle nous n'avons pas été avertis par Be Alert. Reste que l'alarme a retenti pendant une demi-heure en pleine nuit et je peux comprendre que cela a ému du monde. Pourquoi s'est-elle déclenchée? Les équipes de Google font leurs recherches avec Siemens pour déterminer l'origine du dysfonctionnement, faire en sorte que ça n'arrive plus et pour qu'il y ait une meilleure communication avec les autorités et les services de secours. Comme il n'y avait pas d'accident, Be Alert n'avait pas été déclenché. Mais personne, ni la police ni le secours, n'était donc au courant de ce qui se passait. Ça doit être corrigé pour l'avenir", conclut Daniel Olivier.