9 tonnes de déchets compostés sur place dans une école de Saint-Ghislain

Un composteur électromécanique vient d’être mis en route au Lycée Provincial d’Enseignement Technique du Hainaut. Tous les déchets organiques seront désormais compostés et réutilisés.

Ugo Petropoulos
9 tonnes de déchets compostés sur place dans une école de Saint-Ghislain
Amélie, Jean-Marie et Ness ont porté le projet de compostage mécanique dans leur lycée. ©Ugo PETROPOULOS

Neuf tonnes. C’est la masse de déchets organiques produite chaque année au Lycée Provincial d’Enseignement Technique du Hainaut (LPETH), à Saint-Ghislain. Ceux-ci proviennent de la section hôtelière et du mess que fréquentent un millier d’élèves, des centaines d’enseignants et du personnel administratif. Comme les déchets de toute cantine scolaire, ils finissent à la poubelle, puis brulés dans un incinérateur.

Mais ça, c’était avant. Désormais, tous les déchets organiques seront traités sur place pour être transformé en compost, grâce à un composteur mécanique installé sur site et opérationnel depuis ce lundi.

Les déchets organiques y sont déversés et mélangés à un broyat de bois. L’ensemble est chauffé durant 14 jours à une température de 60 °C. Le compost répondant aux normes européennes mature ensuite durant 6 à 8 semaines avant d’être mis au sol ou vendu.

Tous les déchets organiques, y compris les produits animaux

Tous les déchets de cantine passeront par le composteur électromécanique.
Tous les déchets de cantine passeront par le composteur électromécanique. ©Ugo PETROPOULOS

«On programme une recette dans le composteur pour être sûr d’avoir à chaque fois une bonne qualité de compost. Comme la machine est connectée à distance, on enregistre en permanence les données de température, de quantité, ce qui permet d’assurer une parfaite traçabilité, qui est également importante dans l’optique d’une traçabilité et d’un normage du compost», explique Didier Lodewyckx, importateur qui installe pour la première fois cette machine en Belgique.

Ce composteur, développé par la société française Upcycle, permet aussi de traiter les déchets de produits animaux, qui ne sont pas admis dans un compost domestique.

«Cela attire des insectes, des nuisibles… Ici, le gros avantage, c’est que le composteur, fermé, n’a aucune nuisance: ça ne fait pas de bruit, il n’y a aucun risque d’insectes et il n’y a pas d’odeur, grâce à un système de neutralisation.»

Économie circulaire

Le composteur peut traiter 70 kg de déchets par jour, une capacité bien suffisante pour absorber les poubelles du mess et de la section hôtellerie du lycée technique. En bout de chaine, c’est la moitié de ce poids qui sera récolté en compost, soit 4,5 tonnes.

Ce compost pourra être revendu, mais aussi réutilisé par le lycée professionnel. «On ambitionne de réutiliser ce compost dans le réseau provincial, dans la section horticulture de Jean d’Avesnes à Mons. Les légumes qui y sont produits alimentent le mess du lycée, cela aurait du sens que le compost y retourne. Ça bouclerait la boucle», conclut Renaud Servotte, coordinateur de la cellule développement durable de l’enseignement provincial du Hainaut. .

9 tonnes de déchets compostés sur place dans une école de Saint-Ghislain
©Ugo PETROPOULOS