Un double Mouscron-Frasnes

Mouscronnoises et Frasnoises vont croiser le fer à deux reprises ce week-end. Une fois en nationale 3 et une fois en provinciale 2.

Gilles PLOUVIER

La dernière confrontation officielle entre les équipes fanions de ces deux clubs remonte à environ un an et demi, en quart de finale de la coupe du Hainaut.

À l'époque, les Hurlues militaient encore en Nationale 2 mais le Pays des Collines était quand même parvenu à se qualifier. Pour la petite histoire, les Frasnoises avaient d'ailleurs soulevé le trophée quelques semaines plus tard.

De l'eau a coulé sous les ponts depuis et c'est désormais dans le cadre du championnat que ces formations se retrouveront demain soir. D'un point de vue purement objectif, c'est-à-dire compte tenu du bilan de chacun à ce stade de la saison, le PDC est clairement favori puisqu'il compte six unités de plus et deux matches de moins que les Hurlues.

Un constat que ne réfute pas Sébastien Bougeatre, le coach mouscronnois. «Il est évident que notre adversaire a les faveurs des pronostics, surtout à domicile. À mes yeux, cette équipe est d'ailleurs un sérieux candidat au titre. Ce n'est pas pour autant que nous ne jouerons pas pour la gagne. J'ai maintenant bien cerné nos points faibles qui se situent principalement sur les ailes et nous avons travaillé en fonction de cela aux entraînements. Ce n'est pas un secret, quand on joue contre Mouscron personne ne se dit qu'il va falloir se méfier de cogneuses. Par contre, nos adversaires savent qu'ils devront cravacher pour mettre la balle au sol car notre système défensif est bien huilé. Nous tâcherons de réitérer notre excellente prestation de la semaine passée contre Soignies pour prouver que ce n'était pas dû au hasard. »

Respect!

Yves Lefebvre, l'entraîneur frasnois, n'a pas manqué de noter que le PVT était dans une phase ascendante. Il tient donc à rester sur ses gardes. «Cette rencontre peut être piégeuse. Après la victoire à Saint-Ghislain, il ne faudra pas sous-estimer Mouscron car nous risquons d'être surpris. Il n'y avait pas eu de soucis en match amical mais je sais qu'un travail en profondeur est effectué dans ce noyau qui joue ensemble depuis très longtemps. Certaines ont déjà côtoyé la N1 et il faudra vraiment se méfier car elles sont capables de sortir un gros match. »

Yves Lefebvre veut aussi évacuer toute pression inutile et il se frotte déjà les mains à l'idée de croiser le chemin d'une équipe pour laquelle il a beaucoup de respect. «Une défaite ne serait pas dramatique, cela fait au contraire parfois du bien de se prendre un coup de pied au derrière. Cela me fait en tout cas plaisir de me retrouver face à un entraîneur comme Sébastien qui est d'un fair-play exemplaire et qui est toujours constructif même dans la défaite. Dommage qu'il ne passe pas un peu plus de temps à la buvette après le match, sinon il serait parfait. », conclut le coach sur le ton de l'humour.