Un samedi de fête au collège ?

Avec un derby en P2 et la réception du leader incontesté en N3, l'OTT a l'occasion de briller mais la tâche sera loin d'être aisée.

Gilles PLOUVIER
Un samedi de fête au collège ?
12601076 ©© EdA

Ceux qui n'ont rien de prévu ce samedi peuvent décider de passer plusieurs heures de leur après-midi et de leur soirée dans les installations de l'OTT. Ils ne devraient pas s'ennuyer ! Ils assisteront tout d'abord à un derby, «un vrai celui-là», insiste Jean-Paul Dussart, entre les locaux et les très proches voisins de Don Bosco.

Un classique qui apporte toujours son lot de tension et d'ambiance, ce qui devrait se confirmer cette fois encore étant donné que les deux équipes ont un besoin urgent de points. L'OTT voudra saisir sa première réelle occasion de remplir sa besace encore vide après avoir affronté ni plus ni moins que l'actuel podium de la série. «Nous avons eu jusqu'ici un calendrier compliqué mais nous allons maintenant entamer une série de rencontres abordables, à commencer par celle de ce week-end contre Don Bosco, annonce le coach Pierre Rasson avec soulagement. Il est clair que nous voulons et devons gagner. J'ai eu des échos de Don Bosco où ce n'est apparemment pas la fête mais je ne me fie pas à cela. Au contraire, je m'attends à les voir débarquer gonflés à bloc. En ce qui nous concerne, le match de coupe au Skill m'a rassuré. Je m'attends à des débats disputés mais je pense que nous avons l'avantage du collectif et de la mentalité.»

«Une question d'envie»

Comme le souligne très justement Pierre, les visités devront se méfier de la bête blessée car les Salésiens en sont à l'heure du rachat après un nouveau revers évitable contre Baudour. Jean-Paul Dussart veut toutefois éviter de mettre une pression supplémentaire. «Les trois points sont-ils indispensables ? À vrai dire, je n'ai pas établi de marche de manoeuvre, nous prenons match après match avec le simple objectif de rester en P2. Bien entendu, pour atteindre ce but, il est quand même temps d'engranger des unités et il y en aura à prendre à l'OTT. Ce sera, comme d'habitude, une question d'envie et de gestion du groupe car si nous ne sommes pas solidaires, nous allons perdre chaque semaine.»