La guérilla s'organise le 2 septembre

La BBC a lancé le message de mobilisation le 2 septembre à 19 h 30, les Allemands en retraite sont partout et veillent.

Ce n'est que le 4 septembre à 8 h 30 que le commandant Wéry au refuge Jaguar peut alerter ses responsables de sections : rassemblement prévu au bois de Serrée, près de Bothey.

Les armes cachées à la ferme Hanoteau, à Tongrinne, ne peuvent être enlevées immédiatement parce que les Allemands sont bloqués sur place à cause de véhicules immobilisés par des engins crève-pneus placés par un autre groupe de maquisards. C'est dans la journée du 4 septembre que les SS allemands s'enfuient par de petits chemins de campagne.

Si Mielmont devint le P.C. du refuge avec un hôpital de campagne, les membres du refuge furent impliqués dans plusieurs combats, une embuscade le 5 septembre à Villeret, le combat du Bois Jean à Bothey le 6 septembre, le combat du Bois de Buis le 8 septembre outre quelques patrouilles de nettoyage et de récupération de matériel ennemi.

Les accrochages avec les Allemands vont, hélas, faire des victimes parmi les membres du refuge. Ils sont en nombre limité comparativement aux ennemis tués, blessés ou fait prisonniers.

Onze membres ont ainsi payé de leur vie, leur amour de liberté du pays : - Octave Lotin, 33 ans, marié, 2 enfants, brasseur, de Cortil-Noirmont, abattu par des rexistes le 27 juillet 1944, - Léon Boulanger de Jemeppe s/S, tué le 3 septembre dans les campagnes de St-Martin en voulant rejoindre Mielmont, - Albert Descampe, 29 ans de Gembloux, étudiant en théologie, capturé et exécuté le 5 septembre sur le bord de la route Balâtre-Tongrinne, - Émile Matelart, 23 ans de Gembloux, tué au combat à Villeret le 5 septembre, - Maurice Choul, 24 ans de Liège, exécuté dans les champs entre Les Isnes et Bossière, - Gustave Swaelens, 23 ans de Wanfercée-Baulet, tué le 5 septembre en rejoignant Mielmont,

- Adiel Van Hecke

, 29 ans, de Montignies s/S, marié, un enfant, tué au combat de la plaine de Mielmont le 5 septembre, - Ernest Vieubled de Montignes s/S, marié, 4 enfants, tué au combat de la plaine de Mielmont le 5 septembre, - Armand Degrève, 18 ans de Montignies s/S, tué au combat de la plaine de Mielmont le 5 septembre, - Guibert Depireux, 17 ans de Gembloux, tué au combat dans le bois d'Onoz le 5 septembre, - Arsène Debaene, 48 ans, tué au combat au bois de Buis le 8 septembre.

Mais outre ces morts pour la Patrie, les survivants n'ont pas oublié les fourmis, ces bénévoles qui ont aidé la résistance, agents de la RTT (une liaison directe tirée de la gare de Sombreffe), de la SNCB, garagiste procurant de l'essence pour le camion en pane, fermiers ravitailleurs, et l'intervention énergique du Comte de Beauffort, propriétaire du château de Mielmont lors d'une prise d'otages, ainsi que les recteur et administrateur de l'institut agronomique, gendarmes, police et ceux qui ont hébergé réfractaires et aviateurs récupérés.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...