Serres inter-générationnelles.

Les uns sont à l'école communale, où ils découvrent et maîtrisent des savoirs et apprennent un savoir-vivre. Les autres sont aux "Jours Paisibles", une maison de retraite où l'on ne vit pas en reclus. Entre les uns et les autres, une simple rue. Et désormais deux serres, lieux de retrouvailles entre le 1er et le 3ème âge, projet-pilote voulu et encadré par la Ville de Saint-Ghislain.

Cela se passe donc à Douvrain, village de la Cité de l'Ourse. Où fleurs et légumes en tous genres pourront désormais être plantés par les enfants de 3ème année primaire en compagnie de leurs voisins expérimentés. Joli symbole: les serres porteront le nom de Cécile Dubois, ancienne directrice de l'école et résidente actuelle du home.

En pratique, écoliers et aînés se rencontreront durant certaines garderies et les mercredis après-midi. Des temps libres où l'on joindra l'utile à l'agréable. Des moments précieux où la spontanéité des uns réjouira la fatigue des autres tandis que l'expérience des têtes blanches accompagnera l'apprentissage des têtes blondes. Les récoltes communes serviront à transmettre les "recettes de grand-mère" tandis que l'on confectionnera, ensemble, des montages floraux à l'occasion de la Fête des Mères...

Les initiateurs du projet expliquent:

" On recrée un contact significatif et fréquent entre jeunes et aînés. On transforme de manière positive les attitudes envers les personnes âgées et ainsi on éduque au vieillissement et au dialogue, à l'entraide et à la solidarité entre les générations. Dans le même temps, on revalorisera la personne vieillissante en créant des réseaux sociaux qui lui permettront de (re)prendre un rôle actif dans la société. Enfin on sensibilise l'ensemble de la population à la nécessité de mettre en œuvre d'autres programmes intergénérationnels."

De quoi jeter ainsi des ponts. En ouvrant des portes. Car on sait que, depuis une cinquantaine d'années, le modèle multiséculaire de la famille où trois générations cohabitent a vécu. Les homes ont poussé comme des champignons avec, à la clé, des listes d'attente longues comme des jours sans visite.

Car vivre plus vieux n'est pas toujours synonyme de vieillir indépendant et heureux. D'où la nécessité de structures d'accueil qui ne peuvent être de simples lieux d'attente, mais bien des espaces de vie. Ouverts sur l'extérieur, actifs de l'intérieur, à l'image de ce qui se passe aujourd'hui aux "Jours Paisibles". Où l'on va donc offrir une précieuse expérience. Verte et autres.

Dans le jardinage, l'horticulture et tant d'autres domaines, les anciens ont des choses à nous dire. Des recommandations à nous faire. Des gestes à transmettre et des comportements à conseiller. Leur tourner le dos n'est pas seulement envers eux méprisant. C'est surtout se priver de bagages alors que notre route est longue. Et tellement incertaine.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...