La douane complètement rasée

Le bâtiment qui abritait jadis les policiers belges et français a été rasé au poste frontière de Lamain. Pour laisser place à un parking.

Vincent Dubois

S 'inquiétant de l'état pitoyable des anciens postes frontières autoroutiers, la députée Chantal Bertouille interrogeait récemment le ministre Michel Daerden sur le devenir du site de Lamain-Marquain. Dans la réponse formulée par le ministre, on apprend qu'il faudra attendre 2009 avant de voir certains travaux entrepris à cet endroit. «En effet, pour les années 2007-2008, la priorité a été donnée à la réfection du poste frontière d'Hensies qui sera réhabilité en deux étapes. La première consistant principalement en une verdurisation légère des pourtours du parking à camions et des abords de la cafétéria, tandis que la seconde concernera une réfection plus globale de cette zone en liaison avec la remise en concession de l'aire de Saint-Ghislain. », retient-on de la réponse ministérielle.

D'aucuns se sont donc légitimement demandé pourquoi des bulldozers étaient tout de même entrés en action sur le site de Lamain alors qu'a priori aucuns travaux ne devraient ici être effectué avant une bonne année.

Renseignement pris auprès de M. Jean-Pierre Bosseman, ingénieur au Met qui a plus particulièrement la gestion des autoroutes dans ses compétences, il s'agissait ici de terminer le travail de démolition qui avait déjà été entrepris peu après la suppression des frontières. Il subsistait sur le terrain un bâtiment qui abritait les polices belges et françaises. Celui-ci n'a pu être démoli de suite pour plusieurs raisons. La première étant que ces locaux étaient à la fois propriété de l'état belge et d'autre part de l'état français. Il fallait donc que l'on accorde ses violons de part et d'autre de la frontière avant d'envisager la démolition, sans quoi l'on se serait retrouvé avec un demi-bâtiment sur le site. Les Français étaient d'autant moins pressés d'effectuer cette démolition que les locaux étaient encore utilisés par leur police des frontières. Laquelle devrait d'ailleurs bénéficier à l'avenir de nouveaux locaux sur le site qui seront construits exclusivement du côté français. Quand à la partie belge, elle devrait faire l'objet (en 2009 vraisemblablement) de travaux similaires à ceux réalisés à Hensies. Avec un aménagement paysager du parking, l'adjonction de bancs... Pour devenir, en quelque sorte, une simple aire d'autoroute. Accueillante.