Un nouveau cas de grippe aviaire détecté à Quiévrain

Il concerne un détenteur d'oiseaux amateur. Des zones de restriction ont été délimitées comme à Soignies.

Ugo Petropoulos
Un nouveau cas de grippe aviaire détecté à Quiévrain
Plus questions pour les poules sonégiennes de se balader en liberté dans un rayon de 3 kilomètres autour du foyer de grippe aviaire découvert. ©BELGA

Ce 15 juin 2017, 3 nouvelles contaminations par le virus hautement pathogène H5N8 de la grippe aviaire ont été constatées. Deux concernent la Flandre occidentale (Oostkamp et Zuienkerke) et une Quiévrain, à la frontière francobelge. Cette dernière contamination a touché un détenteur d'oiseaux amateur.

Pour rappel, 3 autres cas avaient déjà été identifiés à Wellin (Luxembourg) le 1er juin, à Saint-ode (Luxembourg) le 13 juin et à Soignies (Hainaut) également le 13 juin. Tous ces cas concernaient des oiseaux de détenteurs amateurs.

Autour de toutes ces contaminations, des zones de restrictions ont été délimitées. Comme pour Soignies, une zone tampon temporaire de trois kilomètres a été délimitée autour de la contamination, située à Baisieux, commune de l'entité de Quiévrain. Ces mesures de restriction touchent aussi l'entité voisine de Honnelles.

Dans ces zones, les mesures suivantes sont d’application:

-tous les transports de volailles, d’oiseaux et d’œufs à couver sont interdits,

-les volailles et autres oiseaux captifs doivent être nourris et abreuvés à l’intérieur,

-chaque détenteur de volailles ou d’autres oiseaux captifs doit, dans les 48h, envoyer à la commune un inventaire précisant le nombre et le type de volailles/oiseaux qu’il détient.

Selon les premiers résultats de l’enquête, le virus se serait propagé via les marchés publics. Pour cette raison, la vente d’oiseaux et de volailles sur les marchés publics, de même que les autres rassemblements de volailles (et uniquement de volailles dans ce dernier cas) sont interdits sur tout le territoire belge.

Les rassemblements d’oiseaux autres que les volailles sont toujours possibles (en dehors des zones de restrictions décrites ci-dessus) pour autant que les règles habituelles soient strictement suivies. Ainsi, chaque évènement de ce type doit être notifié auprès de l’AFSCA, un vétérinaire doit contrôler sur place et l’organisateur doit enregistrer tous les participants. Il est également important que les oiseaux ne puissent y participer que s’ils ont été confinés ou mis sous filets dans les 10 jours précédant le rassemblement.