Un jeune qui s’engage !

À celles et ceux qui affirment parfois que la jeunesse actuelle ne s’engage plus guère pour de justes causes, Julien Verschoore oppose un cinglant démenti. Car le Quiévrainois est quasiment de tous les combatsà connotation écologique, humanitaire, voire altermondialiste.

Jidel
Un jeune qui s’engage !
7 ©ÉdA

Il nous résume : « Je suis bénévole pour Gaia et Greenpeace et je partage les mêmes valeurs qu'Oxfam ou Médecins du Monde. J'étais à Paris au moment de la COP 21 et j'ai aussi participé à diverses manifestations contre la maltraitance des animaux. D'ailleurs j'essaie progressivement de manger végétarien». Au chômage après un parcours dans l'enseignement artistique, notre interlocuteur veut régulièrement joindre des gestes appropriés aux paroles. Il nous confirme: «Beaucoup de personnes disent s'inquiéter pour notre environnement. Mais sur le terrain il faut avoir le réflexe de délaisser sa voiture quand on peut et de jardiner bio si on en a la possibilité. De même se dire contre la société de consommation ne suffit pas. Il faut aussi préférer les vêtements de deuxième main plutôt que les neufs et tout faire pour éviter, dans tous les domaines, le gaspillage». Julien le constate: dans notre région, on a l'impression que le repli individualiste prend le pas sur l'engagement solidaire. Et il compare: «À Bruxelles je rencontre davantage de jeunes qui s'investissent pour faire changer les choses. Et surtout en Allemagne où j'ai l'impression que les jeunes ne se contentent plus des beaux discours!» Dernière croisade en date pour le Quiévrainois: l'aide aux plus démunis qu'il croise au quotidien. Il conclut: «Des amis m'ont parlé de leur engagement dans les Restos du Cœur. J'ai décidé de les rejoindre». Et ce n'est hélas pas le boulot qui manque!

Les plus consultés depuis 24h