Poursuivie pour le meurtre de son fils, elle plaide l’acquittement

Une habitante de Carnières (Morlanwelz), Domenica Gulina, poursuivie pour avoir abattu son fils de 22 ans, chez elle, le 24 juin 2008, a plaidé ce mercredi l’acquittement sur base de la contrainte irrésistible, précisant que son fils Nicolas la maltraitait quotidiennement.

Poursuivie pour le meurtre de son fils, elle plaide l’acquittement

Domenica Gulina comparaissait mercredi devant le tribunal correctionnel de Charleroi pour le meurtre de son fils unique, Nicolas De Vincentis, âgé de 22 ans.

Le 24 juin 2008, la victime était revenue chercher du linge au domicile de sa mère. Furieux que personne ne daigne lui ouvrir, le jeune homme avait insulté et menacé sa maman, ainsi que le compagnon de celle-ci. Domenica Gulina avait alors pris une arme dans sa chambre et s’était approchée de son fils, le repoussant dans le jardin avant de tirer à trois reprises. Nicolas est mort sur place.

Tant le parquet que la partie civile, Me Mayence, ont déploré que l’excuse de provocation ait été retenue en cours de procédure, entraînant la correctionnalisation du dossier. Me Mayence estime que l’intention homicide est établie et que Nicolas a été abattu sans sommation, alors que d’autres échappatoires existaient.

Me Discepoli, conseil de Domenica Gulina, a plaidé l’acquittement sur base de la contrainte irrésistible. Selon l’avocat, Nicolas était un enfant-roi toxicomane qui traitait sa mère comme une servante et qui la violentait régulièrement. Terrorisée, la prévenue aurait perdu son libre arbitre. Elle aurait voulu « neutraliser » son fils et non le tuer.

Jugement le 21 mars.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.