Une mère congèle son bébé

Disparue depuis mardi, Mama Saidane, 34 ans, s’est suicidée dans sa voiture à Forchies. Après avoir congelé son nourrisson.

Frédéric DUBOIS
Une mère congèle son bébé
Divers_201105271737_5270627.jpg

Quel cheminement psychologique a pu amener une mère à congeler son nourrisson, et dans la foulée, à se donner la mort ? C’est la question qui taraude les proches de Mama Saidane, cette habitante de Morlanwelz âgé 34 ans, retrouvée morte dans sa voiture à Forchies-la-Marche, ce jeudi.

La victime, d’origine algérienne, s’est volatilisée mardi dernier, après avoir conduit son enfant de 5 ans à l’école. Sa sœur, qui a récupéré le bambin à la fin des cours, s’est inquiétée de n’avoir aucune nouvelle et a prévenu les forces de l’ordre. Les premiers devoirs d’enquête, notamment en matière de téléphonie, n’ont donné aucun résultat. Et c’est ce jeudi qu’une patrouille de la police des Trieux a localisé la Mercedes de la disparue, à Forchies-la-Marche. À son bord, se trouvait le cadavre de Mama Saidane, tuée d’une décharge de carabine en pleine tête. Les premières constatations du légiste ont rapidement conduit à un suicide. Mais un élément a aussitôt frappé le médecin: l’avis de recherche mentionnait que la victime était enceinte, au terme de sa grossesse. Or, à l’heure de se donner la mort, Mama Saidane ne portait plus l’enfant.

Les enquêteurs ont donc mené une visite domiciliaire chez elle, à Morlanwelz. Une modeste habitation qu’elle partageait avec son mari, chauffeur-routier et par conséquent souvent absent. Et c’est là, dans un congélateur, que le petit corps gelé du nourrisson a été retrouvé.

L’autopsie, qui était en cours ce vendredi, permettra de savoir si l’enfant était viable ou si la jeune mère l’a perdu à la suite d’un accouchement difficile. Il semble en tout cas qu’elle ait donné naissance au bambin chez elle, puisque des draps sanguinolents ont été retrouvés dans le coffre de sa voiture.

Mais les raisons qui ont poussé cette maman à congeler son enfant restent obscures. On sait, de par les lettres retrouvées chez elle, que Mama Saidane était en pleine dépression, rongée par des problèmes personnels qui lui semblaient insolubles. Est-ce cette situation qui l’a amenée à commettre cet acte sordide, puis à se détruire ? À ce stade de l’enquête, beaucoup de questions subsistent. Il semble que la grossesse de la victime n’ait fait l’objet d’aucun suivi médical, ce qui laisse la porte ouverte à l’hypothèse du déni de grossesse. L’audition du compagnon sera donc déterminante, tout comme l’autopsie du nourrisson. ¦