Un derby hennuyer stressant

Carnières - Fleurus (s. 20h45) Ce samedi, Fleurus est attendu à Carnières (17). Jamais ce derby de l'est hennuyer ne s'était présenté dans des conditions aussi stressantes pour les deux équipes. À première vue, les Centraux sont les plus mal embarqués pour le maintien en N2. Les joueurs de Fred Wilmot sont positifs sur Mons et Oostkamp. Ils peuvent encore l'être sur Fleurus et le Gembo. Mais il ne leur reste justement que ces deux rencontres pour quitter la lanterne rouge et laisser deux équipes derrière eux.

Un derby hennuyer stressant
644225 ©© EdA

En face, la situation est à peine meilleure. Un 16e revers pourrait faire des Bernardins de virtuels détenteurs du second siège éjectable. Ce n'est heureusement que de la théorie puisque le Gembo aura fort à faire pour éviter une 17e défaite chez le premier, Boom. Ce week-end, il y a aussi Liège - Mons. Un succès local atténuerait un éventuel mauvais résultat du CEP, en maintenant les Montois à même hauteur. Oostkamp marchera également sur des braises à l'Excelsior. «À condition de battre Mons, nous pourrions profiter des résultats de nos autres concurrents pour le maintien, reconnaît le président Mureddu. Nous aurions l'average sur Oostkamp, Liège et Mons. Il le sera sur Carnières si nous nous inclinons de quatre points maximum. La dernière journée de championnat proposera encore deux duels directs entre Oostkamp et Liège, ainsi que Gembo et Carnières. Zolder, de son côté, aura un rôle d'arbitre à Oostkamp et contre Mons. Mais j'espère que nous ne devrons pas jouer notre saison lors du dernier match contre Sint Jan, un fort morceau.» Dom.A.

Pitzemburg - Essor (d. 15h) Il ne reste plus qu'un obstacle quant à la participation de l'Essor aux prochains quarts de finale des play-off, qui auront lieu dans la foulée de la dernière journée de championnat, à mi-avril. Un obstacle qui se nomme Oostkamp, seule équipe à pouvoir encore éjecter, mathématiquement, les Carolos de leur but. Pour ce faire, il faudrait que les coéquipiers de Desaever finissent par un trois sur trois (venues de Zolder et Liège, déplacement à l'Excelsior) alors que, dans le même temps, Charleroi ferait tout l'inverse (après Pitzemburg, réceptions de Kangoeroes et Zwevezele). Un scénario probable mais qui pourrait prendre fin si l'un ou l'autre ne remplissait pas les conditions (une défaite d'Oostkamp ou un succès carolo).

À Pitzemburg, les Essoriens sont souvent tombés (la dernière victoire remontant à quatre ans) et lors du match aller, les Malinois étaient venus imposer leur loi et leur physique sur le terrain du Cos (61-69). «Nous avions mal réagi au combat qu'ils nous proposaient. Iarochevitch avait été blessé par Van Rillaer, Sperolini jouait avec une attelle au pouce tandis que Sharabidze avait pris vite des fautes. Pitzemburg, on connaît, si on n'est pas prêt mentalement et physiquement, ça ne passera pas. Dupont, Van Rillaer ou Van Gelder sont les spécialistes des coups "gratuits". Nous devons surtout courir dans les transitions et profiter de la lenteur des intérieurs Dupont et Potiez. Stopper les pénétrations de Wouters qui nous avait fait mal chez nous et soigner notre défense», déclare Pascal Chouli, le coach carolo qui doit toujours se passer de Manu Sperolini dont les deux déchirures ne sont pas encore résorbées.

F.Po.

Les plus consultés depuis 24h