L'attaque nocturne de l'homme masqué

L'auteur avait brisé une porte vitrée à la masse pour agresser les victimes.

C'est en sursaut qu'un couple de Morlanwelz a été réveillé, le 11 mars 2008, alors qu'il s'était assoupi dans le divan. Un homme masqué venait de briser la porte vitrée à l'aide d'une masse pour entrer dans l'habitation. L'intrus a immédiatement foncé sur l'occupant des lieux et l'a menacé à l'aide de son arme, tentant de l'attacher à une chaise. « Il a cru que sa femme serait violée et tuée tout comme lui », a lancé hier Me Yves Demanet, qui défendait les victimes devant le tribunal correctionnel de Charleroi. « Mon client a décidé qu'il ne mourrait pas sans combattre et a démasqué son agresseur, reconnaissant ainsi un voisin qui habite à 500 mètres » .

Philippe (nom d'emprunt) est aujourd'hui poursuivi pour tentative d'extorsion Pourtant, cet éducateur en psychiatrie n'a pas le profil du malfrat notoire. « J'avais beaucoup bu au carnaval de Carnières ce jour-là, explique le prévenu, en ôtant ses lunettes. J'ai appris qu'un certain Salvatore me faisait passer pour un dealer de coke. Il envoyait d'ailleurs des clients chez moi. J'étais très énervé et j'ai voulu lui faire peur pour que ça cesse. Quand il m'a démasqué, j'ai repris conscience et me suis rendu compte que je faisais une belle bêtise ». Mais pour Me Demanet, qui signale les graves séquelles psychologiques de ses clients, Philippe tente de camoufler une crapuleuse agression sous cette excuse d'honneur bafoué. Me Bruneel, qui défend le prévenu, a pourtant sollicité la suspension du prononcé. Jugement dans un mois.

F.D.