Un Essor à deux vitesses

Les Carolos doivent se méfier d'eux-mêmes. Ils viennent de signer deux prestations qui instillent le doute dans l'esprit de leur entraîneur.

Un Essor à deux vitesses
12623057 ©© EdA

Un démarrage très lent d'une vingtaine de minutes, une accélération très courte mais suffisante pour forger un écart puis une gestion finale sans faille, voilà comment on peut résumer les deux premières rencontres de l'année dans le chef des Essoriens.

Que ce soit à Carnières ou bien ici face à Liège, les Carolos ont mis plus d'une mi-temps pour sortir de leur torpeur. «En fait, notre premier adversaire, c'est nous-mêmes, concevait Pascal Chouli, le coach carolo soulagé par cette tournure positive. Nous shootions beaucoup trop vite, nous n'étions pas dans le bon timing, c'est bien simple, nous n'avions que deux assists à la pause (pour 11 en seconde période). A croire que certains se préservent un maximum pour jouer le plus longtemps possible.»

Jusqu'à présent, ça a bien fonctionné, certes, ce n'était que Carnières et Liège, deux équipes de bas de classement mais il ne faudrait pas reproduire pareille prestation à chaque sortie. «A la reprise, nous avons mieux travaillé en équipe, nous sommes parvenus à trouver Iarochevitch à l'intérieur, ce qui a libéré les autres par après.» Un Iaro qui n'en menait pas large en première période demandant, à plusieurs reprises, son changement, frustré de ne pas être utilisé à bon escient. «C'est une victoire importante et bonne à prendre, ne sachant pas la tournure des prochains évènements.» Faisant référence au déplacement à Gembo sans les Iaro, Moray et Hulsen voir Kalut qui se testera. Quid également de Souveryns, salement amoché à la lèvre en fin de match?