« Mémoires d'Orient, du Hainaut à Héliopolis »

Pour la première fois, une grande exposition se consacre aux « traces matérielles » des contacts entre le Hainaut et l'Orient. À découvrir, dès demain, à Morlanwelz.

Après avoir fait rêver des générations entières, les mystères de l'Egypte ancienne, les Croisades, la richesse des sultans et le secret des sérails... fascinent toujours autant aujourd'hui! Pour de nombreux savants du XIXe siècle, l'Orient constitue déjà une terre d'histoire aux mille richesses à explorer, aux découvertes archéologiques pléthoriques, un territoire où de grands industriels vont introduire des technologies modernes.

À l'instar du baron Édouard Empain (Beloeil), fondateur d'Héliopolis, du Cominois Ogier Ghislain de Busbecq, qui introduit la tulipe dans nos contrées à la fin du XIVe, ou du mayeur athois Jean Zuallart qui fit un pèlerinage mémorable à Jérusalem en 1586, beaucoup de ces « aventuriers » sont hainuyers ! Au moyen de moult objets et documents, l'exposition évoque les influences culturelles unilatérales ou réciproques, les échanges de savoir-faire mais aussi les rencontres parfois conflictuelles entre le Hainaut historique (son côté français y compris) et l'Orient, entendu comme le pourtour oriental large de la Méditerranée, depuis l'époque romaine jusqu'au début du XXe siècle.

Des riches relations qui ont émaillé ces deux millénaires, notre province conserve de nombreuses traces, sur le plan architectural, artistique, toponymique, folklorique, religieux... ou philosophique.

Cet événement a pu avoir lieu grâce à la conjonction de l'enthousiasme et des connaissances de personnalités principalement originaires de notre région : « C'est, au départ, un projet imaginé par PAC, explique le député provincial ellezellois Serge Hustache, dont personne n'ignore la passion ardente pour les écrivains-voyageurs en Orient, et ce coin du globe de façon plus générale. Après avoir pris contact avec l'éminent orientaliste athois Christain Cannuyer, on s'est rendu compte qu'il s'agissait d'un thème extrêmement complexe, nécessitant un véritable environnement scientifique. Du simple coup de coeur, on est passé à un travail de professionnel, quelque chose de solide, qui fera référence . » Les commissaires de l'exposition, Marie-Cécile Bruwier (Silly), directrice scientifique du Musée royal de Mariemont et Christian Cannuyer, tous deux égyptologues, ont été rejoints par d'autres spécialistes « de chez nous » : les Tournaisiens Ludovic Nys et Jacky Legge ou encore Richard Veymiers et Charles Henneghien, originaires d'Ath et Frasnes.

Les visiteurs voyageront dans le temps, à travers quatre périodes : De l'antiquité au XVIIIe siècle ; La naissance de l'égyptomanie ; L'ère industrielle au XIXe siècle et Héliopolis, le rêve d'un homme.P.L.

Les plus consultés depuis 24h