Chantier Renouv’O à Mons : les riverains attendent toujours réparation

Des caves sont inondées, des fissures sont apparues,… Les riverains imputent ces responsabilités à la société en charge des travaux.

Emeline Berlier
Le mur, sur la gauche, pourrait être démoli et reconstruit de manière plus esthétique.
Le mur, sur la gauche, pourrait être démoli et reconstruit de manière plus esthétique. ©E.B.

Les travaux du chantier Renouv’O, à Mons, se poursuivent. D’ici quelque temps, la Région wallonne notamment emménagera dans un bâtiment flambant neuf, érigé à la place de l’ancien tri postal. Les riverains voisins assistent, depuis leur fenêtre, à l’avancement des travaux… Tout en continuant à regretter la façon dont ceux-ci ont été menés. En effet, des dégâts ont été causés. Des fissures sont apparues dans les murs et plusieurs caves sont quotidiennement inondées.

Cateno Barbusca réside à la résidence Onyx qui jouxte le chantier. “Depuis le début de ce chantier, nous subissons des dommages mais c’est d’autant plus le cas depuis la pose de pieux en février 2021”, explique le riverain. “Lors de cette pose, notre bâtiment a subi de très fortes vibrations. Depuis, nous subissons des infiltrations d’eau conséquentes. Un total de huit caves est inondé et l’est toujours, malgré plusieurs interventions de la société.” À savoir Bernard-Construction.

Au total, huit caves sont quotidiennement inondées.
Au total, huit caves sont quotidiennement inondées. ©E.B.

”À la moindre pluie, nous avons au moins 1,5 centimètre d’eau qui stagne. Une à deux fois par jour, je descends donc à la cave pour éponger, nettoyer et ainsi éviter que la situation n’empire. L’entreprise a été contactée et à deux reprises, quelqu’un est venu sur place afin de tenter de trouver une solution, sans résultat. Depuis 2021, nous patientons. Le dossier avait été confié à un premier expert, puis un second mais nous n’avons rien vu bouger. Ce dernier est décédé, nous attendons qu’un troisième s’en saisisse, normalement en juin. Notre patience commence à atteindre ses limites.”

Quant aux fissures, Cateno Barbusca les surveille avec attention. “Elles sont là, elles enlaidissent nos appartements et leur font perdre de la valeur. À côté de ça, à la même période qu’à la pose de pieux, un engin de terrassement a heurté l’angle d’un mur. La société nous dit aujourd’hui qu’il est instable, ce qui n’a pas constaté lors de l’inspection des dégâts.”

Cateno Barbusca perd patience.
Cateno Barbusca perd patience. ©E.B.

Pour le riverain, il s’agirait cependant davantage d’une manœuvre destinée à obtenir la démolition dudit mur, peu esthétique. “Il n’est effectivement pas très beau. Mais la société souhaite nous faire payer près de 30 000 euros pour l’abattre, le reconstruire et prévoir le solin entre les deux bâtiments. Le mur actuel les dérange car l’inauguration approche et qu’il gâche un peu le tableau. Ce sont bien leurs travaux qui ont provoqué l’instabilité. Il appartient donc à la société de prendre en charge la suite des travaux !”

Estimant être dans l’impasse, Cateno Barbusca espère que les choses bougeront enfin. Nous avons tenté de contacter Bernard-Construction afin de prendre connaissance des démarches entreprises et des démarches éventuellement encore en cours. La société n’a cependant pas donné suite à nos demandes de réaction.

Au total, huit caves sont quotidiennement inondées.
Au total, huit caves sont quotidiennement inondées. ©E.B.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...