3 500 € de vêtements retrouvés lors d’une perquisition à Mons

Liée d’amitié avec une brocanteuse, Christine lui achetait à prix réduit de multiples vêtements neufs. Cette mère de famille les revendait sur Facebook…

Margaux Piron
3 500 € de vêtements retrouvés lors d’une perquisition à Mons

Les amateurs de brocantes le savent bien : parcourir les stands permet de chiner des articles uniques et parfois d’exception. Mais à l’occasion, leur origine semble être quelque peu douteuse. Christine (prénom d’emprunt) en a profité...

De 2017 à 2018, cette chineuse compulsive flânait au cœur de la brocante de Nimy. Sur place, elle avait fait la connaissance d’une brocanteuse qui revendait à prix réduit de multiples vêtements neufs avec étiquette provenant de la société H&M. "J’achetais des boxes à un prix relativement raisonnable. Je gardais des articles pour mon compagnon et mes enfants. Ce dont je n’avais pas besoin, je le revendais via le réseau social Facebook", a précisé Christine. "Je n’étais pas au courant de l’origine illicite. La brocanteuse m’avait indiqué qu’il s’agissait de surplus. Le seul avantage que j’avais était d’acheter les vêtements moins chers qu’en magasin".

Le 5 juillet 2018, lors d’une perquisition à son domicile, les services de police ont découvert une véritable caverne d’Ali Baba. La prévenue emmagasinait des montagnes de vêtements neufs pour la somme totale de 3 500 €. Cette mère de famille devra impérativement indemniser H&M. Elle risque également une peine de 6 mois de prison assortie d’un sursis. Jugement le 2 février.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...