Marché de Noël de Mons: la patinoire remplacée par une piste de rollers

Il ne sera plus question de glisser sur de la glace, mais plutôt de rouler sur un plancher en bois.

Vincent Desguin
Marché de Noël de Mons: la patinoire remplacée par une piste de rollers

La question occupe nombre de collèges communaux en cette fin septembre : comment organiser les traditionnelles fêtes de fin d’année, à l’heure où les prix de l’énergie s’envolent ? En ligne de mire, il y a évidemment les illuminations, dont le scintillement contribue à la féerie de Noël, mais aussi les patinoires qui, au fil du temps, se sont imposées à côté des multiples marchés artisanaux.

Pour que chacun puisse s’adonner aux plaisirs de la glisse, ces dernières nécessitent d’être refroidies… L’opération est d’autant plus coûteuse que les hivers se font particulièrement doux depuis quelques années.

À Gembloux, ces discussions ont débouché sur un choix fort, dans la lignée de ceux pris à Wavre ou encore Jodoigne. En effet, si depuis 2015 une patinoire frigorifique est installée dans le cadre des Hivernales, celle-ci sera remplacée par un autre dispositif. "Nous allons garder la même surface, mais il s’agira d’un plancher en bois", explique Laurence Dooms (Ecolo), échevine de l’Environnement.

Toujours en patins, mais à roulettes

Exit les lames des patins à glace, donc. Celles-ci céderont leur place à des roulettes. Un choix qui, selon l’échevine, permettra à la fois de ne pas mettre à mal le marché de Noël en tant que vecteur de cohésion sociale et de conserver le côté amusant de cette activité.

Au-delà de la motivation d’ordre économique, la Ville de Gembloux avance un argument plus moral. "En réalité, en termes financiers, installer une patinoire frigorifique était encore tenable cette année puisque nous disposons d’un contrat d’énergie à prix fixe jusqu’à la fin de cette année, explique Laurence Dooms.

Mais, dans le contexte actuel, ça semblait incohérent de poursuivre une telle dépense. Il y a surtout un rôle d’exemple à tenir. Il ne s’agit pas de donner des signaux contradictoires."

Pour rappel, ce n’est pas la première fois que des changements sont apportés à l’organisation du marché de Noël depuis le retour d’Ecolo au sein de la majorité gembloutoise. Ainsi, depuis le début de la mandature, plusieurs écrans Led ont été supprimés et les commerçants sont sensibilisés à une gestion raisonnée de leurs déchets.

Une période sombre, mais pas sans lumière

En ce qui concerne les illuminations de Noël, les réflexions vont également bon train. À ce stade, rien n’est arrêté. La bonne nouvelle, c’est que la Ville travaille depuis des années avec de la Led. Mais comme le dit la maxime du moment : la meilleure énergie est celle qu’on ne dépense pas.

L’usage de minuteries ou encore une reconfiguration des endroits décorés ne seraient pas à exclure. "Mais dans tous les cas, même si l’éclairage devait être limité, il faudra en conserver pour donner un côté festif et chaleureux, estime l’élue. La situation est déjà suffisamment compliquée pour en rajouter…" Par ailleurs, il y va de l’attractivité des commerces, singulièrement en centre-ville.