Mons: le chemin de Bethléem partiellement interdit aux voitures

Des blocs en béton vont entraver la circulation de transit pour préserver la voirie, dégradée.

U.P.
Mons: le chemin de Bethléem partiellement interdit aux voitures

A Mons, le Chemin de Bethléem, qui connecte les villages de Hyon et de Spiennes, est un chemin champêtre très apprécié des promeneurs et des cyclistes. Il est d’ailleurs repris comme liaison cyclable à haut potentiel dans le Plan communal de Mobilité car il permet d’éviter la N40 et la N90, deux chaussées avec un trafic automobile dense. De ce fait, il était aussi régulièrement emprunté par les automobilistes souhaitant éviter ces deux axes, malgré un revêtement en pavés très dégradé et peu adapté au passage intensif de voitures.

D'ici peu, ces dernières ne pourront plus l'emprunter pour transiter. Des blocs en béton entraveront le passage après l'habitation n°3, tandis que le pont "Lorette" et la voirie sera réglementée en tant que voie sans issue à l'exception des piétons et cyclistes. "Ce chemin est bien connu des cyclistes au quotidien mais aussi très apprécié des promeneurs. Il était important d’assurer leur sécurité et de préserver le caractère rural du chemin en empêchant le passage de voitures", explique Charlotte De Jaer, échevine de la Mobilité.

La fermeture à cet endroit permet de maintenir l'accès pour les quelques riverains et les agriculteurs exploitant les parcelles situées le long de cette voirie, qui pourront y accéder par le pont en venant d'Hyon. Le chemin de Bethléem est long de 1,2 kilomètre. Il part de la chaussée de Beaumont à Spiennes, longe en grande partie la Trouille et débouche sur la cascade d’Hyon. Il constitue un maillon essentiel dans la politique de mobilité douce du collège communal, qui permet aux habitants de Spiennes et Saint-Symphorien de rejoindre le centre-ville à vélo en passant par Hyon, où des aménagements cyclables sont réalisés.