L’école du Nursing à Mons se mobilise pour les Ukrainiens

L’IESPP lance un appel aux dons à partir du 8 mars. Sont recherchés: médicaments, matériel médical, vivres, vêtements…

Ugo Petropoulos
L’école du Nursing à Mons se mobilise pour les Ukrainiens

De Kiev à Marioupol en passant par Kharkiv, l’Ukraine est dévastée par l’envahisseur russe. Ceux qui en paient le prix fort, comme à chaque fois lors d’une guerre, ce sont les civils. Après une semaine d’invasion, un million d’entre eux ont déjà fui de chez eux, selon le Haut-Commissariat aux réfugiés, dont 700 000 vers l’étranger.

Chez nous, ce déluge de bombes et de violence a ébranlé la population et les initiatives visant à aider les Ukrainiens fleurissent. Comme à l’Institut d’Enseignement Secondaire Paramédical Provincial, soit le Nursing de Mons. Une école qui se sent particulièrement concernée puisqu’une des professeurs est d’origine ukrainienne et a toute une partie de sa famille, dont son père, qui se trouve au cœur de la guerre.

L’école, les professeurs et les élèves se mobilisent donc pour venir en aide à cette famille et d’autres en détresse, en organisant une collecte de biens de première nécessité. Sont notamment recherchés: du lait en poudre, des pots pour bébés, des conserves, des pâtes, du riz, du sucre, du sel, de la farine, des biscuits, des fruits secs, des linges et langes, des serviettes hygiéniques, des savons, des vêtements d’hiver et ses sous-vêtements, des sacs de jute, des couvertures et sacs de couchage, des batteries externes, du matériel médial et paramédical, des médicaments, des bandages et pansements, des gants en latex, du désinfectant pour les mains et les surfaces…

La collecte démarrera le 8 mars et se fera dans le hall d'accueil du nursing, situé Boulevard Kennedy 2A, à Mons. Dans le Borinage, d'autres collectes se sont organisées, comme celle à l'initiative de la Colfontainoise Virginie Garinelli, qui prévoit d'acheminer les dons qu'elle aura récolté jusqu'à la frontière ukraino-polonaise, ou celle lancée par la communauté ukrainienne de Wasmes, qui a également lancé un appel aux dons financiers pour couvrir les frais de transport.