Colfontaine: Lionel Pistone souhaite relancer le débat sur la fusion des communes

Le conseiller de l’opposition pointe de nombreux avantages.

Colfontaine: Lionel Pistone souhaite relancer le débat sur la fusion des communes

Ce n'est un secret pour personne: dans la région, le bourgmestre de Boussu, Jean-Claude Debiève (PS), s'est toujours dit favorable à une nouvelle fusion des communes afin de former la quatrième plus grande ville de Wallonie (derrière Charleroi, Liège et Namur) et ainsi espérer décrocher davantage de financements wallons, fédéraux et européens. Jusqu'ici, aucun des bourgmestres de la zone n'a embrayé, laissant ainsi les discussions au point mort.

Du côté de Colfontaine cependant, depuis les bancs de l’opposition, on souhaiterait relancer le débat. La récente fusion entre les communes de Bastogne et de Bertogne ont en effet donné des idées à Lionel Pistone (Colfontaine Plus). "Je ne suis ni pour, ni contre les fusions, en réalité", précise-t-il d’emblée. " Mais je pense que le bourgmestre de Boussu n’a pas tort en évoquant les avantages d’un rassemblement entre Boussu, Colfontaine, Frameries, Quaregnon et Saint-Ghislain, ce qui nous permettrait de former une seule et grande commune de 100 000 habitants."

Pour le conseiller de l’opposition, la réflexion aurait le mérite d’être menée. " À Colfontaine, nous sommes régulièrement recalés lorsqu’il s’agit d’aller chercher des subsides, surtout au niveau régional. Peser plus lourd nous permettrait sans aucun doute d’en décrocher davantage. Les fonds européens, par exemple, sont généralement attribués aux grandes villes comme Mons, Namur ou Liège."

Et de poursuivre: " Il faut aussi avoir dans un coin de la tête qu’un décret prévoit qu’en cas de fusion, la Région wallonne réduise la dette communale de 500 euros par habitant. Pour une commune comme Colfontaine, ce serait clairement bienvenu! Nous sommes sous CRAC (le centre régional d’aide aux communes) depuis de longues années et quoi qu’en dise la majorité, qui se refuse à voir la réalité en face, les finances ne sont pas bonnes. Il y a évidemment pire mais il y a aussi bien mieux que nous."

Bref, Lionel Pistone aimerait que les discussions soient relancées. " On parle de bonne gouvernance, de transparence, de rationalisation des coûts et d’économie d’échelle. Une fusion collerait parfaitement avec ces principes. Elle nous placerait sur la carte, nous permettrait de peser davantage. Quels seraient les avantages, quels seraient les inconvénients? Pourquoi ne pas y réfléchir et sonder la population dans un esprit de participation citoyenne?"

Le bourgmestre de Colfontaine a de son côté balayé cette idée. Et on sait que dans la région, aucun bourgmestre, à l’exception de Jean-Claude Debiève donc, ne s’est jamais montré ouvertement favorable à cette possibilité. Mais les temps changent et les positions pourraient bien évoluer dans les prochaines années.