Du changement à prévoir à Télé MB? "Il est primordial de réformer la chaîne"

Plusieurs pistes ont été évoquées lors du conseil communal de ce lundi.

F.D.
Du changement à prévoir à Télé MB? "Il est primordial de réformer la chaîne"
©AVPRESS

Le sort de la télévision locale de Mons-Borinage, Télé MB, ne devait normalement pas être débattu lors du conseil communal de ce lundi. Malgré tout, des pistes de solution ont été évoquées, notamment par le conseiller communal de Mons en Mieux, Georges-Louis Bouchez, afin de redresser la situation financière du média local. Pour ce dernier, la télévision linéaire que propose Télé MB n’est plus au goût du jour, il est donc important de diminuer les subventions communales ou du moins, ne pas les augmenter.

Quelques possibilités de changement ont été proposées au collège communal. " Télé MB présente un format de télévision linéaire qui fonctionnait bien dans les années 80 mais qui est morte aujourd’hui. Leur audience est incalculable, ils ne sont jamais présents aux conseils communaux et leurs résumés sportifs ne font pas rêver", indique Georges-Louis Bouchez, conseiller communal Mons en Mieux. " Nous avons cependant des pistes d’amélioration possible. Pourquoi ne pas créer une plateforme, semblable à Auvio, commune avec Antenne Centre ou même avec toutes les chaînes locales de Wallonie? Pourquoi ne pas faire une programmation uniquement sur internet avec un décrochage lors du JT de la RTBF qui donnerait bien plus d’audience?"

Autant de pistes qui sont, pour Georges-Louis Bouchez, " l’occasion d’émettre un signal à la chaîne sur leurs financements qui n’augmenteront plus voire diminueront si aucun changement n’est constaté. L’esprit d’appartenance que propose les télévisions locales est important mais le modèle actuel n’est pas viable."

Chose assez rare lors des débats du conseil communal de Mons, opposition et majorité semblaient être d’accord sur le besoin de réformer la chaîne de télévision locale. " Il est clair que Télé MB a besoin d’être rendu conforme aux attentes actuelles. Pour cela, il est nécessaire que la chaîne s’investisse dans une plateforme telle que Auvio. Des négociations sont d’ailleurs en cours pour voir s’il est possible que cette dernière accueille également les programmes des chaînes locales", répond Nicolas Martin, bourgmestre de Mons. " Nous avons également confiance en la nouvelle direction qui est pleine de projets et d’ambition."

Aucun doute n’est donc porter sur le besoin de la chaîne de se réinventer, de s’investir dans les nouvelles technologies et de développer des synergies. Le mariage avec d’autres médias locaux ne peut toutefois pas aboutir si ce n’est pas la volonté de l’ensemble des parties.

Des choix devront donc être pris lors de prochains conseils communaux. Ils seront d’autant plus primordiaux à l’approche de la remise du plan de gestion de la Ville de Mons à remettre d’ici le mois de juin prochain.