Hauts-Pays: le variant Omicron pousse les médecins généralistes à multiplier leurs heures

Aucune pénurie de médecins n’est toutefois à signaler dans la région.

F.D.
Hauts-Pays: le variant Omicron pousse les médecins généralistes à multiplier leurs heures

Le variant Omicron touche de plus en plus de personnes, augmentant considérablement la charge de travail des hôpitaux et médecins généralistes. Ces derniers n’hésitent pas à multiplier leurs heures afin de répondre à la demande de plus en plus importante en consultation. Cette situation a néanmoins quelques répercussions sur la prise de rendez-vous des patients. Entre les lignes téléphoniques qui saturent et les rendez-vous non urgent qui sont décalés d’une ou plusieurs semaines, certains habitants perdent patience au grand dam des médecins qui tentent de faire de leur mieux.

Pour le Docteur Hubert Pépin, il ne faut pas parler de pénurie de médecins dans les Hauts-Pays mais bien d’une situation qui devient de plus en plus chaotique. "Je travaille 14 à 15 heures par jour afin de prendre en charge une cinquantaine de patients quotidiennement. Si l’un d’entre eux me téléphone, il peut être sûr d’avoir un rendez-vous dès le lendemain", indique-t-il. "Nous avons une surcharge de travail énorme avec le variant Omicron qui contamine de plus en plus d’habitants malgré tout, nous nous plions en quatre pour permettre à un maximum de personnes d’avoir des consultations rapidement. De nombreux certificats médicaux sont également envoyés quotidiennement pour qu’ils puissent se justifier auprès de leurs employeurs. De nombreux collègues ne comptent plus leurs heures également mais certains habitants arrivent tout de même à se plaindre."

Bien que les demandes en consultation affluent ces derniers temps, la médecine générale reste disponible aux habitants. "Les personnes qui se plaignent sont loin de connaître les vérités de terrain", confie le Docteur Hubert Pépin. "Il est vrai que pour les personnes ne nécessitant pas de besoin urgent en consultation, leur rendez-vous peut être décalé de plusieurs jours pour permettre aux autres de bénéficier d’une prise en charge rapide. Cependant, aucun patient ayant 38 de fièvres ou étant vraiment malade ne devra attendre plus de 24 heures avant d’avoir un rendez-vous. Ma ligne téléphonique ainsi que celle de plusieurs collègues ont déjà été saturées après avoir reçu des cinquantaine d’appels. Il faut donc parfois rappeler pour avoir un rendez-vous. Certains médecins souffrent également du covid et doivent donc parfois rester au repos pendant plusieurs jours mais dans l’ensemble, nous restons disponibles pour les citoyens."

Si certains habitants ont des symptômes, ils peuvent se rendre sur le site masanté.be et suivre les démarches pour effectuer un test PCR

Les multiples changements de décision du Codeco ne facilitent pas non plus la tâche des généralistes qui ne savent plus sur quel pied danser. La Docteure Sarah Anaclerio rappelle quelques conseils qui leur permettront de gagner du temps. "Si certains habitants ont des symptômes, ils peuvent se rendre sur le site masanté.be et suivre les démarches pour effectuer un test PCR. Pour ceux n’y parvenant pas, ils peuvent alors se tourner vers leur médecin généraliste mais devront peut-être appeler plusieurs fois avant de parvenir à le joindre suite au nombre de consultations important en ce moment. Pour les urgences, des services d’urgence sont à même de les accueillir."

Aucune pénurie de médecins généralistes ne survient donc dans les Hauts-Pays. Ces derniers se démènent afin de pouvoir répondre aux besoins de la population et comptent sur le bon sens des habitants pour se montrer patient avant de pouvoir les joindre. Pour rappel, le centre médical Relay de Quiévrain a mis récemment en place un service de test PCR pour également répondre à la demande provoquée par Omicron. Des solutions existent donc pour tout le monde.