Dégradations du pont de Warquignies: la commune et le SPW devront prendre une décision

L’ouvrage a fait son temps, une réunion est programmée afin d’envisager les mesures à prendre.

Dégradations du pont de Warquignies: la commune et le SPW devront prendre une décision

L’alerte avait été donnée par des riverains, ce dimanche, et avait été relayée par le conseiller communal indépendant Thierry Père: des pierres se sont détachées du pont de Warquignies, situé au croisement de la rue de Warquignies et de l’axiale boraine à Hornu, se retrouvant ainsi sur la chaussée. Les autorités communales avaient été prévenues dans la foulée tandis que le conseiller prenait contact avec le SPW, gestionnaire de l’infrastructure plus que vieillissante.

Aujourd’hui, la commune de Boussu confirme que les discussions sont en cours avec le département mobilité et infrastructures du SPW. " Un courrier officiel est parti de la commune de Boussu à destination des services du SPW et du ministre Philippe Henry (Écolo), ayant dans ses attributions les infrastructures et de la mobilité en Wallonie", explique le bourgmestre, Jean-Claude Debiève (PS). Le service des voiries communal est par ailleurs en contact permanent avec les services du SPW, chargés de décider des suites techniques et pratiques à accorder à ce dossier.

"Les services d’ingénierie du SPW sont descendus sur le terrain afin de dresser un état des lieux détaillé des dégradations intervenues au niveau de la maçonnerie et estimer les risques de chutes de partie des maçonneries. La voûte de l’ouvrage a été jugée en état satisfaisant, sans risque d’effondrement du pont." Des dispositions sécuritaires ont malgré tout été prises, d’un commun accord avec les différentes parties, afin d’éviter un accident qui surviendrait au niveau du trottoir ou de la voirie communale.

Une réunion entre le SPW et l’ingénieur des ouvrages d’art du SPW est programmée sous peu pour acter d’autres mesures à prendre et prévoir un calendrier d’intervention. De son côté, le conseiller communal Thierry Père entend aborder le dossier lors du prochain conseil communal et exposer les différents scénarios à envisager, à savoir: la rénovation du pont, sa démolition pure et simple, ce qui contraindrait cependant les usagers du RAVeL à se confronter à la circulation proche du rond-point, ou sa démolition avec installation d’une passerelle.

"C’est la solution que je retiens personnellement et qui, je l’espère sera retenue, par l’ensemble des acteurs de ce dossier", énonce-t-il. " La démolition du pont n’aurait que des avantages: Elle permettrait la disparition des feux de signalisation générateurs de problèmes aux heures de pointes et dont les pièces sont introuvables, elle permettrait l’installation d’une passerelle afin de maintenir le RAVeL en site propre, elle permettrait de faire passer relativement facilement la voirie à deux bandes de circulation avec pour conséquence une circulation plus fluide et une meilleure visibilité bien moins dangereuse qu’à l’heure actuelle."

Pour ce dernier, l’ouvrage a fait son temps et ce dernier continue son œuvre, le dégradant chaque jour un peu plus. Une intervention est donc à planifier d’urgence.