Mons-Borinage: dès le 19 avril, deux piscines ouvertes pour 259 000 habitants

Ce lundi 19 avril, la piscine de Saint-Ghislain fermera ses portes pour presque deux ans de travaux, dans la foulée de celle de Cuesmes. De quoi réduire à peau de chagrin l’offre de bassins de natation dans l’arrondissement de Mons.

Ugo Petropoulos
Mons-Borinage: dès le 19 avril, deux piscines ouvertes pour 259 000 habitants
La piscine de Saint-Ghislain va fermer ses portes pour de longs travaux ©Ville de Saint-Ghislain

Ce weekend, c’est la dernière occasion pour les usagers de la piscine de Saint-Ghislain d’y effectuer quelques longueurs avant l’année prochaine, voire au-delà. À partir de ce lundi 19 avril, elle fermera ses portes en prévision d’importants travaux.

L’équipement, construit il y a plus de 40 ans, entamera une remise à neuf quasi complète à la faveur du Plan piscines de la Région wallonne, dans le cadre duquel Saint-Ghislain a décroché un subside d’1 175 305,81€.

Les travaux de rénovation, d’un montant total de près de 3,3 millions d’euros, comprennent, entre autres, le remplacement de la toiture et des châssis, la restauration complète des vestiaires et sanitaires de la piscine, la création d’une pataugeoire éducative, mais aussi l’isolation du Hall omnisports ainsi que l’installation de panneaux photovoltaïques.

Les objectifs principaux de ce chantier sont de garantir un plus grand confort aux utilisateurs du complexe et de réduire fortement la consommation d’énergie du bâtiment. La durée des travaux est estimée à 400 jours, ce qui renvoie à une réouverture au début de l’année 2023.

Si la piscine ferme ce lundi au public, la date exacte du début des travaux n’est pas encore connue. Saint-Ghislain Sports, l’ASBL communale gestionnaire de l’outil, profitera de ce battement pour vider la piscine, déménager le matériel aquatique et préparer son équipe à prendre ses quartiers au Stade Saint-Lô.

D’ici au début des travaux, le Hall omnisports restera accessible pour les clubs sportifs après le 19 avril.

Peu de solutions de remplacement

Pour les nageurs par contre, il faudra trouver un plan B dès lundi. Et ça risque d’être compliqué, tant le manque de bassins est criant à Mons-Borinage. Actuellement, seul deux autres bassins sont accessibles pour un arrondissement de 259 000 habitants.

Le premier, c'est le centre aquatique Lago, au Grand Large à Mons. Mais, normes Covid obligent, l'accès au bassin est limité, sur réservation, à une jauge inférieure à sa capacité habituelle.

Autre solution de repli: la piscine de Quaregnon, même si un problème de ventilation a causé sa fermeture temporaire. Ce dernier devrait être rapidement résolu, rassure le bourgmestre Jean-Pierre Lepine à nos confrères de Sudpresse, et la piscine devrait être à nouveau accessible dès la semaine prochaine.

Et… c'est tout. La piscine de Boussu a fermé définitivement, trop chère à l'entretien, a jugé la commune. On attend toujours l'ouverture de la piscine de Colfontaine, en travaux depuis… 6 ans. Le bout du tunnel semble proche: le bassin a été rempli d'eau dernièrement afin de procéder à des tests. Il reste également quelques travaux à effectuer: pose des cabines, des faux plafonds, des échelles, de l'éclairage…

Du côté des autorités communales, on espère voir les travaux se finir en mai. Mais l’ouverture de la piscine n‘interviendra sans doute pas avant la rentrée de septembre pour autant: la toiture rencontre déjà des problèmes d’humidité qu’il faudra résoudre.

Ne reste donc qu’à espérer un été clément pour que la piscine en plein air de Dour puisse être accessible et offrir une nouvelle possibilité de baignade à un territoire qui manque cruellement de lieux de natation…