Quatre ans de prison requis pour le braquage d’une épicerie à La Louvière

Une peine de quatre ans d’emprisonnement a été requise devant le tribunal correctionnel de Mons, contre un Louviérois qui a braqué la caisse d’un supermarché.

Quatre ans de prison requis pour le braquage d’une épicerie à La Louvière

Les faits se sont produits sur la place du Souvenir à Houdeng-Aimeries (La Louvière), le 5 novembre 2020, peu avant dix heures. Armé d’un couteau, le malfrat avait débarqué dans une supérette située sur cette place en bordure du canal du Centre historique et menacé le jeune caissier d’une supérette.

Durant son interpellation à son domicile, le prévenu s’était aussi rebellé contre la police, en jetant une bouteille en verre en direction des policiers. Pour cette prévention, il encourt une peine de 18 mois de prison.

Lors de l’instruction d’audience, le quadragénaire, ancien couvreur en état d’invalidité, a déclaré qu’il était alcoolique et qu’il avait commis les faits sous l’emprise de l’alcool. Il a assuré qu’il n’avait pas voulu traumatiser le jeune caissier.

Le malfrat était parti en possession d’une somme de 650 euros et d’un paquet de cigarettes.

«Il est allé au contact physique du caissier, armé d’un couteau, et a demandé le contenu de la caisse. En partant, il a dit au caissier: tu connais mon nom, appelle la police», a raconté le substitut du procureur, Damien Verheyen.

Récidiviste

Pour le magistrat, les préventions sont établies telles que qualifiées. «Il a fait des aveux devant le juge d’instruction, parlant d’un appel à l’aide, mais ce n’est pas un appel à l’aide, c’est un crime! »

L’individu, qui a été condamné par le passé pour vols et destruction par explosion, est bien connu des autorités judiciaires. «Il n’a tiré aucun enseignement de ses précédentes condamnations», a martelé le procureur. En octobre 2014, il avait écopé d’une peine de trente mois avec sursis devant ce même tribunal.

Étant donné la récidive, l’homme est détenu préventivement depuis les faits.

La défense a plaidé un sursis probatoire sur une seule peine, avec comme conditions une abstinence totale d’alcool et un suivi psychologique. Le ministère public s’y est opposé.

Le jugement est attendu le 29 mars.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.