Borinage: huit interpellations dans le cadre d’un dossier stups

Quatorze perquisitions menées le 1er mars, notamment dans le Borinage, ont abouti à la saisie de plusieurs armes, de drogues, de véhicules et de plus de 10 000 euros. Huit personnes ont été interpellées dans divers endroits du Hainaut.

Borinage: huit interpellations dans le cadre d’un dossier stups

Un important dossier de stupéfiants a abouti, lundi, à l’organisation de 14 perquisitions dans plusieurs communes, notamment du Borinage, à Saint-Ghislain, Sirault, Baudour, Tertre, Colfontaine ainsi qu’à Péruwelz et à Beloœl. Le procureur du Roi de Mons-Tournai, Christian Henry, a indiqué vendredi, lors d’un point presse organisé dans les locaux de la police boraine, que le dossier avait débuté sur base d’informations relatives à un trafic de cocaïne à la Cité Gilmant à Saint-Ghislain.

L’enquête menée par la police boraine a permis de découvrir un trafic de stupéfiants impliquant neuf personnes ainsi que des ramifications internationales hors Union européenne mais dont les origines n’ont pas été précisées, l’enquête étant toujours en cours et des individus restant encore à identifier.

Les perquisitions ont permis aux policiers d’interpeller huit personnes, toutes de nationalité belge. Deux d’entre elles ont été relaxées, trois ont été inculpées et relâchées sous conditions, trois ont été placées sous mandat d’arrêt.

180 policiers mobilisés

Cinq véhicules ont été saisis ainsi que 476 grammes de produits de coupe pour la cocaïne, 200 grammes de cocaïne, 310 grammes de marijuana, 300 grammes de shit, plusieurs armes à feu et des munitions, des armes blanches, de nombreux GSM, dix balances de précision ainsi que plus de 10 000 euros.

Le dossier a été géré par la section stups du Services d’Enquêtes et de Recherches (SER) de la police boraine, qui a reçu des renforts de la police fédérale, de plusieurs SER de zones voisines et de cinq Unités d’Assistance spéciales de Namur, Mons, La Louvière et Châtelet. Quelque 180 policiers ont été mobilisés dans le cadre des perquisitions du 1er mars.