«J’habite à 200 mètres du pharmacien et je prends ma voiture parce que je n’ose plus aller avec mon scooter médical»

Prendre sa voiture pour un déplacement inférieur à un kilomètre, c’est le comble de l’absurde. Mais certains n’ont pas le choix, comme Jacques. Personne à mobilité réduite, il risquerait sa vie en faisant autrement et lance un appel aux autorités locales.

Ugo Petropoulos
«J’habite à 200 mètres du pharmacien et je prends ma voiture parce que je n’ose plus aller avec mon scooter médical»
Si la technologie aide les PMR à se déplacer, l’aménagement des villes n’a pas suivi. ©robypangy – stock.adobe.com

Il y a deux ans, Jacques Gilon assistait à une scène qui l’a marqué: un homme sur un scooter électrique médicalisé roulait sur la chaussée très fréquentée entre Jemappes et Mons, en plein milieu de la circulation.