Mons: l’hippodrome de Wallonie est à vendre

Le gouvernement wallon a décidé de vendre sa participation majoritaire dans l’hippodrome de Wallonie, annoncent mercredi les ministres Willy Borsus et Jean-Luc Crucke.

U.P.
Mons: l’hippodrome de Wallonie est à vendre

C’est un drôle de cadeau que fait le gouvernement wallon à l’hippodrome de Wallonie, situé sur le site du Bois Brûlé à Ghlin (Mons). Celui-ci vient d’annoncer, par le biais de ses ministres Willy Borsus (en charge de l’économie) et Jean-Luc Crucke (budget et finances), qu’il souhaitait vendre sa participation de 75,5% dans le capital de la structure.

Le gouvernement wallon a pris cette décision car, l’hippodrome, via les recommandations de son plan d’affaires réalisé avec la Sogepa en 2019, est appelé à encore plus diversifier ses activités afin de développer de nouvelles pistes de rentabilité commerciale.

Ces recettes nouvelles (événements, concerts, réceptions, merchandising, etc.) s’écartent d’une mission de service public. «Il était donc nécessaire de s’interroger sur l’opportunité pour la Wallonie de rester actionnaire majoritaire d’un hippodrome à vocation commerciale», indiquent les ministres dans leur communiqué, justifiant ainsi la volonté du gouvernement régional de se séparer de sa participation majoritaire dans la société qui gère les installations.

Cette réflexion s’inscrit également dans la stratégie immobilière actuelle de rationalisation et de valorisation des actifs immobiliers wallons.

Pour vendre ses 1167 parts, le gouvernement wallon a mandaté la Sogepa (Société wallonne de gestion et de participations) pour trouver un repreneur. L’opération devra être finalisée au 31 décembre 2022.

Pérenniser l’outil

Plusieurs conditions devront être remplies par le potentiel acquéreur. Celui-ci devra avoir une solidité financière et présenter un plan industriel crédible; il devra garantir la pérennité de l’outil et le d’écosystème hippique après transaction et il devra s’engager à préserver les deux écoles de formation présentes sur le site, à savoir l’école de maréchalerie et l’école des métiers du cheval.

L’hippodrome comporte une piste de trot et une de galop, qui sont internationalement reconnues pour la qualité de leur revêtement. Un terrain de jumping, des manèges, des écuries...font également partie des installations du site.

Il a été fortement touché par la pandémie de Covid-19 qui a forcé l'arrêt des courses durant plus de trois mois. Une quinzaine de journées de courses avaient dû être annulées, engendrant un manque à gagner pour la structurequi vit en très grande majorité des paris effectués sur les courses via son partenariat avec le PMU français.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.