Cindy Mahieu: une vie marquée par la violence

Le procès du double assassinat d'Hensies se poursuit devant la cour d'assise du Hainaut, qui a auditionné ce matin les témoins de moralité de Cindy Mahieu, figure centrale du procès.

Cindy Mahieu: une vie marquée par la violence

Une violence omniprésente dans la vie Cindy Mahieu, alias "ma tante". C'est ce qu'il ressort de l'audition des témoins de moralité de celle qui est accuséed'un double assassinat, d'une tentative d'assassinat, de torture et de séquestration.La violence physique et verbale est omniprésente dans son parcours de vie, une violence physique et verbale tant à l'égard de tiers mais aussi envers des membres de sa famille.

Et qui prend racine dès sa naissance à Frameries en septembre 1976.Cindy Mahieu est la cinquième d'une fratrie de six enfants. Son père était alcoolique et violent et son beau-père (ses parents ont divorcé en 1985) n'était pas mieux.

Ses études n'ont pas été brillantes et elle n'a décroché aucun diplôme. Elle n'a d'ailleurs jamais travaillé, préférant vivre du chômage et des indemnités octroyées aux invalides.

Cindy Mahieu, turbulente et bagarreuse, est vraisemblablement tombée dans la drogue quand le père de sa troisième fille, qui a donné son patronyme aux deux autres (Allan et Laly), l'a quittée. Le témoin, qui a vécu six ans avec elle, ignorait qu'elle vendait de la drogue.

Cindy a toujours vécu dans le Borinage. Elle a ensuite déménagé à Wihéries (Dour) avec David Gérard, un gamin du village, dès 2008. C'est chez eux, dans leur appartement de la rue Neuve, que Fanny Colmant et David Dubois ont été passés à tabac avant d'être jetés vivants dans le canal.

"Face à Cindy, j'en ai pris plein la tronche"

Une violence qui n'étonne pas le frère de Cindy Mahieu, lui-même victime de violences de sa part. "Face à Cindy et sa bande, j'en ai pris plein la tronche", a raconté le témoin. Certains témoins ont déclaré qu'elle n'agissait jamais seule. L'une de ses soeurs ne semble pas étonnée non plus car elle parle de disputes fréquentes au sein de cette famille particulière.

Un autre témoin a été victime de cette violence: Cindy l'a frappé avec une laisse de chien et a lâché ses molosses sur lui et son épouse, avant d'essayer de les renverser en voiture. Ce témoin dit avoir eu peur durant plus de vingt ans. "Sa place est en prison", dit-il.

Calme, dans le box des accusés

Deux agents de la prison de Mons confirment que Cindy Mahieu est une détenue calme, qui entre peu en contact avec les autres. La personnalité dominante, menteuse et manipulatrice décrite par les témoins de moralité s'est calmée. Lors de son procès, elle reste calme dans son box, clamant que les huit autres accusés sont impliqués dans les faits.

Elle ne nie pas vendre de la drogue. D'ailleurs, elle est citée à comparaître devant le tribunal correctionnel de Mons dans le cadre d'un trafic de stupéfiants découvert en 2016, alors qu'elle vivait chez sa soeur après avoir été libérée à la suite d'une erreur de procédure.

Cindy Mahieu est maman de trois enfants. Son fils est accusé des mêmes faits qu'elle alors que sa première fille a été renvoyée devant le tribunal de la jeunesse pour cette affaire-ci. Tous deux ne contestent pas avoir porté des coups aux victimes.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.