Le retraité,Bernard Deswijsen, avait été poignardé chez lui à Marcinelle

Le retraité a été poignardé dans son appartement par un couple de toxicomanes. Le procès débute ce jeudi.

Le retraité,Bernard Deswijsen, avait été poignardé chez lui à Marcinelle

Le procès de Jeffrey Miermont (30 ans) et de Ambre Gravensteyn (22 ans) débutera jeudi devant la cour d’assises du Hainaut à Mons avec la constitution du jury. Ils sont accusés d’avoir commis un vol avec violence à Marcinelle, entre le 30 novembre et le 5 décembre 2014, avec la circonstance aggravante d’avoir commis un homicide sur la personne de Bernard Deswijsen (64 ans), afin de faciliter le vol ou d’en assurer l’impunité.

Le ministère public a retenu, à titre subsidiaire, deux questions: le meurtre et le vol avec effraction avec la circonstance que Jeffrey Miermont a commis les faits durant une période de probation car il avait écopé de deux peines de prison avec sursis prononcées par les tribunaux correctionnel de Dinant et Namur, en 2009 et 2011.

Le 2 décembre 2014, les policiers de Philippeville avaient été informés par la mère d’Ambre Gravensteyn d’un meurtre. La jeune femme avait confié à sa mère qu’elle venait de tuer quelqu’un, un homme qui les hébergeait, elle et son compagnon, depuis trois jours.

Interpellée deux jours plus tard par la police, la jeune femme a précisé que le corps de Bernard Deswijsen se trouvait dans son appartementsitué le long de la rue Bierchamps à Marcinelle. Le corps baignait dans le sang et la victime avait été massacrée à coups de couteau et de ciseaux notamment.

Une autopsie a été effectuée et de multiples plaies ont été constatées sur le corps de la victime, dont deux du côté temporal gauche avec une pénétration de plusieurs centimètres dans la boite crânienne.

Les accusés ont des versions différentes des faits. Toxicomane et prostituée, Ambre Gravensteyn avait été hébergée par la victime qui l’avait rencontrée dans la rue et avait eu pitié d’elle. Elle prétend que c’est son ami qui a tué Bernard Deswijsen car ce dernier refusait de lui donner ses clés de voiture. Selon Jeffrey Miermont, c’est Ambre Gravensteyn qui était en train d’égorger la victime quand il est revenu des toilettes, à la suite d’une dispute. Les deux versions posent problème, selon les experts.

Les débats sur le fond débuteront lundi à 9h00.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.