Sexomnie: condamné en appel à quatre ans fermes pour le viol de sa fille

La cour d'appel de Mons a condamné vendredi Frédéric L. à quatre ans de prison ferme pour le viol de sa fille de quatre ans le 23 juin 2008 à Mons. L'homme avait expliqué qu'il souffrait de sexomnie ou somnambulisme sexuel .

Frédéric L., qui avait la garde de sa fille, s'était réveillé au milieu de la nuit accroupi au dessus de sa fille à qui il imposait une fellation. Les cris de l'enfant avaient alors réveillé son père.

Selon le père, qui se déclarait atteint de sexomnie, il s'agissait d'un geste totalement inconscient.

Le collège d'experts a indiqué que, si le discours de Frédéric L. pouvait sembler compatible avec un cas de sexomnie, plusieurs éléments démontraient qu'il n'y avait aucun doute sur l'absence de pathologie dans son chef. La durée de la peine a été motivée, entre autres, par le jeune âge de l'enfant.

En première instance, le prévenu, qui avait déjà été détenu préventivement pendant quatre mois, avait été acquitté au bénéfice du doute.