Frédérique Biefnot maintenue en détention préventive

La chambre des mises en accusation de Mons a décidé de maintenir Frédérique Biefnot en détention préventive, a-t-on appris à bonne source. Cette dernière avait été placée sous mandat d'arrêt le 11 mai et renvoyée en correctionnelle le 21 septembre pour coups et blessures volontaires avec incapacité.

Le 26 avril, la jeune femme avait donné rendez-vous au footballeur flénusien (Mons) Philippe Venturoso sur le parking de la piscine de Saint-Ghislain et lui avait aspergé le visage d'acide chlorhydrique. L'homme avait juste eu le temps d'appeler son père pour qu'il le conduise à l'hôpital. Il souffrait d'un odème laryngé ainsi que de brûlures au visage et à l'estomac. Après avoir subi une trachéotomie, M. Venturoso avait été plongé dans un coma artificiel. Une fois remis, il avait pu donner le nom de son agresseur.

Arrêtée, Frédérique Biefnot avait expliqué s'être vengée d'un viol commis par M. Venturoso et deux de ses amis, mais un non-lieu a été prononcé pour ce volet du dossier.

Le 8 octobre, le tribunal correctionnel de Mons avait fait droit à la requête de libération déposée quelques jours plus tôt par le conseil de Frédérique Biefnot, mais le parquet avait directement fait appel. La décision avait donc été suspendue et l'affaire renvoyée devant la chambre des mises en accusation.