Soumonces à Haine-Saint-Pierre : “lorsque nous sommes en dehors du périmètre de sécurité, j’ai toujours eu peur, bien avant le drame de Strépy”

La sécurité doit être la priorité des sociétés durant les festivités carnavalesques.

Thomas Donfut
Les Sans-Soucis ne se font pas de... souci concernant leur sécurité.
Les Sans-Soucis ne se font pas de... souci concernant leur sécurité. ©D.R.

Ce samedi, les festivités ont recommencé à La Louvière et, plus précisément, à Haine-Saint-Pierre. Dix mois après le drame de Strépy, ce qu’il s’est passé ce jour-là est encore dans toutes les têtes. Pourtant, en vue des festivités à venir, aucune mesure supplémentaire ne sera prise. “Selon moi, les mesures actuelles suffisent largement mais encore faut-il que tout le monde, sociétés folkloriques et population, suive les règles”, nous a confié Romuald Bellemans, secrétaire de la société des “Sans-Souci” mais aussi de l’amicale des sociétés folkloriques des Deux Haines. “Lorsqu’une société ou un groupe de gilles se trouve en dehors du périmètre de sécurité, lors d’un ramassage ou d’un cortège, il faut un signaleur qui la précède et un autre qui la suit. Le groupe doit se placer sur la droite de la route et respecter les règles du code de la route.

Deux signaleurs, pas plus

Le village d’Haine-Saint-Pierre a la particularité d’être traversé par une chaussée qui pourrait se révéler dangereuse. “Je n’ai pas attendu le drame de Strépy pour avoir peur lorsque notre groupe se trouve en dehors du périmètre de sécurité. Notre société est composée de gilles mais aussi de leurs dames et de nos enfants. Et c’est toujours avec crainte que nous en sortons. On ne saura probablement jamais si le groupe de Strépy était suivi par un signaleur ou pas mais selon moi, cela n’aurait strictement rien changé. Il faut que tout le monde comprenne, les automobilistes en premier lieu, qu’il est inutile de pester derrière un groupe de gille. il suffit d’attendre quelques minutes qu’il passe. Mon papa a été signaleur durant de longues années et on n’imagine pas le nombre de fois où il s’est engueulé avec un automobiliste un peu trop impatient. Et lorsque certains nous dépassent, il arrive très souvent qu’ils passent à pleine vitesse et à quelques centimètres de nous.

Ce samedi soir, donc, les “Sans-Souci” étaient donc de sortie sans angoisse et tout s'est bien déroulé. Ce d’autant plus que, le bourgmestre l’a annoncé, l’éclairage public ne s’éteindra pas à minuit comme c’est le cas depuis quelques semaines. “Nous aurons prochainement une réunion avec toutes les sociétés carnavalesques de l’entité et nous insisterons pour que les règles de sécurité en vigueur depuis déjà longtemps soient respectées mais il n’y aura pas de renforcement de la sécurité”, nous a confirmé Jacques Gobert.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...