Drame de Strépy : pour Mattia Imperiale, l’appel de Paolo Falzone est “un crachat de plus en pleine figure”

Celui qui a perdu son papa, sa tante et son oncle le 20 mars dernier porte un regard amer sur une situation qui l’échappe totalement.

Thomas Donfut
Strepy-Bracquegnies: Une voiture fonce dans la foule qui preparait le carnaval apres deux années d'annulation des festivités suite a la pandemie de COVID-19 - Le drame du carnaval de Strépy-Bracquegnies a fait au moins six morts, 10 blessés dans un état critique et de 27 blessés légers. Visite du roi Philippe au centre de crise en presence de la ministre de l'interieur Verlinden du ministre-president Elio di Rupo de la princesse Elisabeth et d'autres ministres du gouvernement. A strepy le 20 mars 2022 (JC Guillaume)
Le 20 mars dernier, Mattia Imperiale a perdu son papa, son oncle ainsi que sa tante. ©JC Guillaume

Ce mardi, la Chambre du conseil de Tournai décidait que Paolo Falzone resterait en prison encore un moment mais ce mercredi, on apprenait que celui qui est inculpé du meurtre d’une victime du drame de Strépy et de tentative de meurtre pour les 5 autres faisait appel de cette décision.

Pour Mattia Imperiale, a perdu trois proches le 20 mars dernier, son papa, sa tante et son oncle, c’est la goutte d’eau qui fait déborder un vase déjà bien rempli. “C’est un crachat de plus en pleine figure !”, s’est-il exprimé sur les réseaux sociaux. “Un jour, il faudra parler de la charge mentale et des souffrances subies par les actes, les pensées, le comportement, les décisions et les prises de paroles et l’énorme manque de respect des responsables et de leurs représentants. Ils nous tuent mentalement, une fois de plus.

Des propos très durs qui font écho à une situation tendue du point de vue mental. “Il faudra aussi parler des différentes procédures judiciaires et de ces chambres du conseil qui ont lieu tous les deux mois apportant avec elles une appréhension constante à l’approche de chaque date fatidique en sachant que la décision qui sera prise pourrait nous achever. Je suis obligé, une fois de plus, de prendre la parole pour exprimer ce que je ressens alors que, croyez-moi, je préférais rester dans mon coin. Je ne parlerai pas de l’horrible manque qui traverse perpétuellement mon corps, du stress et de la fatigue, je considère que cela doit rester dans la sphère privée mais même ça, on m’empêche de le faire. Pas deux jours passent sans qu’un nouvel élément, un nouvel article de presse, une énième provocation ou autres ne viennent jusqu’à nous.

Une situation qui lui fait se poser énormément de questions, toutes sans réponse… “Comment peuvent-ils oser faire appel ? Comme osent-ils s’exprimer et imaginer ce que l’on peut ressentir ? Comment peuvent-ils tenter de faire croire qu’un bracelet électronique vaut la prison et que cela ne changera rien pour nous ? Qu’est-ce qu’ils en savent ? Comment suis-je censé réagir ? Je n’en sais rien. Tout ce que je sais, c’est qu’une fois de plus, on ne nous respecte pas et qu’un jour ou l’autre, il faudra nous rendre des comptes !

En attendant, l’appel interjeté ce jeudi par Me Discepoli, l’avocat de Paolo Falzone, porte sur la décision du maintien en prison de son client et la demande d’octroi du bracelet électronique. Le dossier devrait être examiné dans la quinzaine par la chambre des mises en accusation. Soit encore des moments angoissants en perspective pour Mattia, sa famille, ainsi que pour les proches des autres victimes.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...