IDEA lance deux importants chantiers visant à doubler la capacité de deux stations d’épuration à La Louvière

Un investissement total de 24 millions d’euros.

Thomas Donfut
Des travaux qui s'étaleront de jusqu'en 2024.
Des travaux qui s'étaleront de jusqu'en 2024. ©IDEA

Les stations d’épuration de Boussoit et Trivières assurent à elles-seules l’assainissement des eaux usées de près de 40 000 équivalents-habitants (EH). Ces deux ouvrages sont actuellement en travaux. Objectif ? Moderniser les équipements et doubler la capacité de traitement. Deux chantiers importants, dont l’investissement global s’élève à plus de 24 millions €, qui sont financés par la SPGE au profit du bien-être des citoyens et de la qualité des cours d’eau du Coeur du Hainaut.

Dans le cadre du programme d’investissement financé par la Société Publique de Gestion de l’Eau (SPGE), IDEA travaille à la conception de nouveaux ouvrages d’épuration de plus petite taille afin de compléter son réseau et ainsi d’équiper les zones plus rurales mais veille également à moderniser et upgrader des ouvrages en fonctionnement. Ainsi, deux chantiers ont été lancés il y a peu concernant les stations d’épuration de Boussoit et Trivières, mises en service depuis 20 ans approximativement. “Les travaux portent à la fois sur la modernisation des ouvrages ainsi que le doublement de leur capacité de traitement pour répondre au développement démographique de ces dernières années”, explique Jacques Gobert, Président IDEA et Bourgmestre de La Louvière. “À travers ces deux ambitieux chantiers, IDEA entend améliorer la qualité de nos cours d’eau ainsi que le cadre de vie des habitants de La Louvière et plus globalement du Centre”.

24 millions d’investissements

La station d’épuration de Boussoit en quelques infos clés : Elle traite les eaux usées de 19 000 habitants, a été mise en service en 2004 et collecte des eaux usées de Boussoit, Maurage, Stépy-Bracquegnies, Houdeng-Goegnies, Houdeng-Aimeries, Ouest de La Louvière. Elle permet la déshydratation des boues provenant des stations des environs et assainit deux cours d’eau : la Haine et le Thiriau du Luc. Montant des travaux : 8,23 millions €. Ils seront terminés fin 2023.

Celle de Trivières, mise en service en 2000, traite les eaux usées 19 000 habitants d’Estinnes, Péronnes-lez-Binche, Binche, Ressaix, Leval-Trahegnies et Trivières. Elle assainit les cours d’eau suivants : la Haine et la Princesse. Le montant des travaux est de 16,07 millions € et la fin des travaux est prévue pour la mi 2024.

Les travaux porteront notamment sur la mise en place de blindages en pieux sécants (9 m de profondeur), le terrassement et l’évacuation des terres en excès, la réalisation des bassins en béton armé (36 à 39 m de diamètre), la pose des conduites entre les ouvrages, l’installation des équipements électromécaniques ou bien encore la programmation des automates”, explique Caroline Decamps, Directrice générale d’IDEA. “Tous nos ouvrages sont automatisés, disposant de systèmes d’alerte pour permettre au personnel de garde d’intervenir 24h/24 et 7 jours/7 en cas de souci”.

Concrètement, la nouvelle ligne de Boussoit pourrait être exploitée, sauf intempéries, à l’automne 2023. À Trivières, le chantier sera plus long car les travaux de modernisation sont plus conséquents. “Le défi sera de taille pour nos ingénieurs car il s’agira de mener à bien ces 2 importants chantiers tout en veillant à la poursuite du bon fonctionnement des ouvrages existants”, continue Caroline Decamps.

À ce jour, IDEA exploite 30 stations d’épuration représentant au total une capacité d’épuration de plus de 500 000 EH. Chaque année, ce sont +/- 40 millions de m³ d’eaux usées qui sont assainies avant un rejet vers le milieu naturel.

Dans le cadre des programmes d’investissement financés par la SPGE, les chantiers et projets d’IDEA à venir sont nombreux notamment à Wasmuël, Seneffe, Casteau, Aulnois.

L’ensemble de ces projets visent à rencontrer 2 objectifs clés : améliorer la qualité des cours d’eau et optimaliser l’exploitation des ouvrages existants.

Tout à l’égout ? PAS QUESTION !

Certains ont tendance à jeter tout et n’importe quoi dans les éviers, les toilettes, les avaloirs… Mégots de cigarette, lingettes, huiles de friture ou de moteur, restes de nourriture, de peinture, médicaments, chewing-gums… Tous ces produits aboutissent aux stations d’épuration, perturbant leur bon fonctionnement.

”Les lingettes, par exemple, bien que vendues comme “biodégradables” par les fabricants, colmatent les canalisations et pompes des systèmes d’épuration. Ces gestes ne sont pas sans conséquence sur notre portefeuille, étant donné les réparations nécessaires chaque année. Il est donc utile de rappeler l’unique solution : nos toilettes/nos égouts ne sont pas des poubelles !”, rappelle un communiqué d’IDEA.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...