Un nouveau robot au CHR Jolimont : "une machine révolutionnaire qui réinvente la chirurgie"

Le Da Vinci XI permet aux chirurgiens d’opérer avec plus de précision encore qu’à l’heure actuelle.

Thomas Donfut
.
Le Dr Rysselinck a hâte de pouvoir tester le nouveau robot dans des conditions réelles. ©Thomas Donfut

Dès ce lundi, l’hôpital de Jolimont à La Louvière recevra son nouveau joujou. Celui exposé dans le hall d’entrée jusqu’à ce vendredi n’est que le robot-test destiné à démontrer aux patients ainsi qu’aux membres du personnel toute son efficacité. Le tout dans le cadre de Movember, le mois dédié à la sensibilisation au cancer de la prostate notamment,

Comme dans les films ou dans les jeux vidéo, grâce à ce robot, le chirurgien pourra opérer non pas en se trouvant au-dessus du patient mais bien à partir d’une console qui se trouvera à côté du patient. "Jusqu’à aujourd’hui, lorsqu’on doit opérer un patient, on le fait par laparoscopie, c’est-à-dire en 2D mais avec ce robot, on pourra utiliser la 3D", nous explique le Dr Stéphane Rysselinck, chef de service adjoint en urologie. "Cela nous permettra non seulement d’être encore plus précis dans nos gestes qu’auparavant mais aussi d’éviter les petits effets secondaires que peuvent ressentir les patients après une opération de la prostate par exemple comme des troubles de l’érection ou d’incontinence, ce qui, en termes de confort de vie, est tout de même très important."

;
La manipulation du robot Da Vinci XI est intuitive pour les chirurgiens. ©Thomas Donfut

La qualité de l’image de l’appareil représente également une révolution. "Elle permet de voir beaucoup plus de détails. Grâce à la qualité d’image, on voit des structures qui sont quasiment invisibles à l’œil nu par rapport à la chirurgie conventionnelle. Ici, la caméra est placée à quelques centimètres du lieu d’intervention et on découvre de nouveaux éléments anatomiques qui permettent en quelque sorte de réinventer la chirurgie. De plus, il y a une filtration des mouvements par les bras du robot ce qui permet d’éviter tout tremblement et donc, d’avoir un geste chirurgical plus fin."

;
Le robot sera fonctionnel à La Louvière à partir du 14 décembre. ©Thomas Donfut

Si au départ, cette technologie a été acquise à la demande du service d’urologie, le robot, qui cherche encore son petit nom (rendez-vous ce vendredi dans le hall de l’hôpital pour faire votre proposition, ndlr), pourra servir à d’autres chirurgiens comme des gynécologues, des cardiologues etc... "Sur le plan cancérologique, les taux de guérison sont les mêmes que n’importe quel que soit le mode de chirurgie utilisé. Les avantages de la chirurgie assistée par la robotique, sont les effets secondaires diminués, les délais de séjour rabotés ainsi que les taux de transfusion qui sont moindres."

.
Le robot permet une grande précision. ©Thomas Donfut

Le robot qui sera utilisé par les chirurgiens de manière effective arrivera donc lundi prochain à La Louvière mais il faudra attendre le 14 décembre pour que le premier patient puisse bénéficier des avantages de la machine. "C’est le temps nécessaire pour que les médecins et infirmières puissent être formés au maniement du robot. Même si, de manière générale, son fonctionnement est assez intuitif."

Intuitif, c’est d’ailleurs le credo des créateurs du Da Vinci XI, la firme américaine Intuitive Robotics. À noter que l’achat de ce robot représente un investissement de 2,5 millions d’euros sans compter les 200 000 euros d’entretien annuel.