La Louvière: 10% des ménages louviérois utilisent le réseau social Hoplr

Des chiffres qui sont encore amenés à évoluer.

E. Brl.
La Louvière: 10% des ménages louviérois utilisent le réseau social Hoplr
©DR

En février 2021, à l’instar d’autres communes comme Dour ou Ath, la ville de La Louvière débarquait sur Hoplr, un réseau social basé sur l’interaction sociale entre résidents d’une même rue, d’un même quartier, d’un même village ou d’une même commune. Un an et demi après son lancement, ce sont 3277 ménages, soit 10% des ménages louviérois, qui utilisent l’application pour partager des nouvelles, échanger des biens ou encore demander de l’aide.

"Ensemble, les utilisateurs ont déjà posté 6243 messages et 34 110 réactions", précise-t-on du côté de la ville. "540 citoyens se sont déjà inscrits pour travailler bénévolement pour la Ville par le biais de la fonction "aide aux voisins". Via ce réseau, la Ville est également en contact avec les différents quartiers. Nous pouvons recevoir et partager des messages, notamment sur l’économie locale, l’environnement et les activités de quartier."

Les résidents ont également partagé de nombreuses idées, posé des questions et effectué des signalements aux autorités locales. "Nous avons par exemple reçu des suggestions concernant la durabilité et l’écologie, l’économie circulaire et locale, la mobilité ou encore les transports."L’objectif semble donc atteint, l’intérêt d’Hoplr résidant dans le fait de développer de la cohésion sociale et de créer une dynamique de proximité avec les services communaux.

Le réseau social continue de séduire, puisqu’au 15 janvier dernier, l’échevine de la participation citoyenne nous annonçait que 2582 ménages étaient inscrits. Le nombre d’adhérents continue donc d’augmenter, même si du côté de la ville, on reste persuadé qu’il est possible de faire mieux. Des ateliers pourraient être organisés dans les prochaines semaines afin de présenter l’outil et d’en expliquer le fonctionnement.

Un outil qui a permis aux citoyens de se rencontrer et d’échanger, mais aussi de se porter assistance en période de crise sanitaire et de quarantaine.