Le chauffard de Strépy auditionné: "Mon client a beaucoup pleuré lors de son interrogatoire"

L’avocat de Paolo F., Maître Discepoli, se dit rassuré que l’inculpation de meurtre n’ait pas été retenue.

F.D.
Le chauffard de Strépy auditionné: "Mon client a beaucoup pleuré lors de son interrogatoire"

Le chauffard du carnaval de Strépy-Bracquegnies, Paolo F., était entendu ce lundi soir pour décider des inculpations qui seraient retenues contre lui après le drame de ce dimanche soir au carnaval ayant provoqué la mort de six personnes et faisant de nombreux autres blessés. Après un interrogatoire assez dense et fort en émotion, les chefs d'inculpation d'homicide involontaire et de coups et blessures involontaires ayant entraîné la mort ont été retenus.

Après avoir pris en compte tous les éléments de l’enquête, la juge d’instruction a finalement rendu son verdict. "La juge d’instruction a attendu la dernière minute avant d’entendre mon client", indique Maître Discepoli, avocat de Paolo F. "L’interrogatoire était très dense et s’est terminé vers 1 h du matin. Mon client a beaucoup pleuré en découvrant l’ampleur de la situation. Etant placé directement en isolement, il ne pouvait s’en rendre compte plus tôt et avait même peur que certains membres de sa famille ou amis soient touchés. L’interrogatoire était très courtois."

Pas de "meurtre"

Le chef d’inculpation de meurtre a donc été évité pour le chauffard, une bonne nouvelle pour son avocat qui ne pouvait concevoir une pareille décision. "Il aurait été intolérable de retenir un caractère volontaire aux actes de mon client", poursuit Maître Discepoli. "Il vit là et emprunte la rue du drame tous les jours par son activité de livreur. Il ne pensait donc pas que des personnes se trouveraient au milieu de la route. Les analyses vidéos montrent bien qu’il a tenté de piler lorsqu’il s’est rendu compte qu’une foule se tenait devant lui. Il était donc clair qu’il n’y avait pas de caractère volontaire."

Après avoir percuté les deux premières victimes, Paolo F. aurait eu le visage immaculé de sang et ne voyait donc plus la route. "Il a tenté de sortir de la foule pour se rendre compte de ce qu’il s’était passé. Sa vitesse était alors bien réduite", ajoute Maître Discepoli. "Il a compris la décision de la juge d’instruction de le maintenir en détention préventive lorsqu'il s'est rendu compte de l’ampleur de ses actes", conclut-il.

Il est encore trop tôt pour connaître la peine que risque Paolo F. L’enquête suit désormais son cours et permettra de maintenir ou non ces chefs d’inculpation.