Drame à Strépy-Bracquegnies: "quand je me suis relevé, j’ai vu une scène de guerre"

Michel était présent ce matin. Plusieurs personnes autour de lui sont décédées.

Drame à Strépy-Bracquegnies: "quand je me suis relevé, j’ai vu une scène de guerre"
L’impatience de revivre les festivités carnavalesques a viré au drame, ce dimanche ©BELGA

L’impatience de revivre les festivités carnavalesques a viré au drame, ce dimanche. Alors que le ramassage des gilles était en cours à Strépy-Bracquegnies, une voiture lancée visiblement à vive allure a percuté de plein fouet un groupe constitué de 150 à 200 personnes, à savoir des gilles et leurs accompagnants. Au moins sept personnes sont décédées tandis que les personnes blessées, gravement et plus légèrement, se comptent par dizaines.

Michel Vandeneuker faisait parti du groupe en tant que suiveur, ce dimanche matin. Il a assisté à toute la scène. "Je viens d’apprendre que la personne qui se trouvait à ma droite était actuellement sur la table d’opération pour une multitude de fractures, notamment au niveau du tibia et du péroné", explique-t-il. "La personne qui était à la droite de cette personne est, elle, décédée…"

Quelques heures après le drame, Michel Vandeneuker prend conscience de la chance qu’il a eu de s’en sortir. "Physiquement, je n’ai qu’un hématome au niveau de l’épaule. Quand je me remémore la scène, je ne parviens pas à l’expliquer. Lorsque je me suis relevé, que j’ai levé les yeux, j’ai vu une scène de guerre, de chaos. Je n’avais jamais vu cela de ma vie. Cela me fait penser aux images des attentats de Zaventem… Avec des dizaines de personnes couchées au sol, des blessées en nombre et sous le choc, des victimes décédées au sol."

Et de poursuivre: "Je me sens clairement comme un miraculé. Je discutais avec quelqu’un et quelques secondes plus tard… je n’ai pas immédiatement compris ce qu’il s’était passé, même si je n’ai pas l’impression d’avoir perdu connaissance. Je ne peux pas estimer la vitesse à laquelle circulait le véhicule, mais elle était élevée. Et il n’y a eu aucun coup de klaxon, aucune tentative de freinage, que du contraire. Après avoir percuté les premières personnes, le conducteur a accéléré."

Le véhicule venait par l’arrière, alors que le groupe sortait de la salle omnisports de Strépy et bifurquait dans la rue des Canadiens . Le groupe n’a donc pas pu le voir arriver. "L’une des victimes, qui était gille, a était la dernière personne a être percutée car elle se trouvait à l’avant du groupe. Elle s’est retrouvée sur le capot du véhicule." Cette personne aurait été trainée sur plusieurs dizaines de mètres.

Deux personnes se trouvaient à bord du véhicule. Après avoir tenté de prendre la fuite, elles ont pu être interpellées. Elles ne seraient pas connues des autorités judiciaires pour des faits similaires. La piste terroriste n’est pas privilégiée à ce stade mais l’enquête débute à peine.