Strada à La Louvière: qu’est-ce qui a achevé le projet?

Le projet Strada était moribond depuis plusieurs années, mais les deux parties semblaient entretenir l’espoir d’aboutir. Retour sur les dernières semaines qui ont sonné le glas.

Ugo Petropoulos
Strada à La Louvière: qu’est-ce qui a achevé le projet?
La Strada, telle qu’imaginée en 2019-2020 par Wilhelm & Co. Et qui restera comme un gros gâchis. ©Wilhelm& Co

Mardi soir, lors du conseil communal, les élus louviérois ont entériné la fin du projet Strada, porté depuis 2008 par le groupe Wilhelm & Co. Sur proposition du Collège, ils ont constaté la caducité du marché par «disparition de son objet» et ils se réservent le «droit de solliciter la dissolution judiciaire du marché» par lequel la Ville déléguait à Wilhelm & Co le soin de mettre en œuvre la revitalisation de 16 ha de la friche Boch.

C’est le dernier épisode d’une longue saga, dont le prochain tome s’écrira sans doute devant les tribunaux. Mais comment en est-on arrivé là?

En mars dernier, le groupe immobilier Wilhelm & Co annonçait par voie de presse l'introduction d'une requête en deux volets. Le premier sollicitait une indemnisation, le groupe immobilier estimant que la Ville avait empêché le promoteur de mener à bien son projet et en se montrant déloyal à son égard.

Le second était un remodelage du projet: le contexte socioéconomique ayant évolué depuis 2008, il n'était plus possible d'envisager la Strada dans les mêmes proportions de commerces et de logements, les pôles voisins de Mons et Charleroi ayant fortement évolué entretemps. La proposition portait donc sur un pôle commerce plus réduit et une offre de service différente.

De pôle d’attractivité régional à pôle local

Cette requête n’est pas du tout passée auprès des autorités communales. «Le projet proposé aujourd’hui par le soumissionnaire n’a plus rien à voir avec ce qui avait été convenu en 2018 et encore moins avec l’objet initial du marché. Celui-ci est devenu complètement obsolète», a déclaré le bourgmestre Jacques Gobert.

Trois modifications majeures ont été introduites par le promoteur.

Un: «Le projet est passé d’un centre commercial à portée régionale à une zone de chalandise locale.»

Deux: «Les proportions entre logements et commerces et Horeca dans la zone centre et sud sont totalement inversées par rapport au schéma directeur. On était sur 70% de commerces, 30% de logements, aujourd’hui c’est l’inverse. De plus, la modification de la localisation des zones résidentielles a pour effet qu’elles ne correspondent plus aux zones dépolluées par la Spaque, qui a travaillé sur base des plans fournis par Wilco.»

Trois: «La proportion commerce-logement étant inversée, l’inflation des m² dédiés au logement va impacter l’équilibre économique du projet.»

En comparaison, «c’est comme si un entrepreneur participe à un marché public pour vous construire une villa 4 façades, mais qu’il finit par vous proposer un studio une chambre.» En conclusion, «nous sommes face à un projet à des années-lumière du schéma directeur qui jetait les bases de ce qui avait été envisagé dans ce quartier central de notre ville.»

Strada à La Louvière: qu’est-ce qui a achevé le projet?
©Wilhelm & Co

Ce qui rend le marché caduc car «quand un marché public subit des modifications substantielles, une nouvelle procédure de marché doit être ouverte. C’est la loi», affirme le bourgmestre, qui veut désormais faire table rase du passé et repartir sur de nouvelles bases, en consultant la population.

La Ville a-t-elle été déloyale?

Fin de la saga Strada pour autant? Sans doute pas. La Ville s’attend à un recours en justice et fourbit déjà ses armes. Car Wilhelm & Co s’estime lésé. Sa requête faisait d’ailleurs suite à une procédure de médiation de quatre mois qui avait débouché sur un échec.

W&Co estimait que la Ville de La Louvière lui avait manqué de loyauté en accordant un permis au groupe Imagix pour la construction d’un complexe cinéma, alors que la Strada en prévoyait un dans sa mouture de l’époque. Un accord avait d’ailleurs été signé avec le groupe Pathé/Gaumont pour son exploitation, affirmait Peter Wilhelm.

Mais il ne verra jamais le jour. La seule réalisation de la Strada, ce sera donc le Clos des 7 Fontaines, résidence de 96 appartements dont la construction devait être l‘avènement «d’une nouvelle référence en matière de réhabilitation urbaine», clamait triomphalement un communiqué daté de mai 2019. Pas sûr qu’elle sera inaugurée avec le même entrain que lors de la pause de sa première pierre…

Le 9 mai 2019, la première pierre de la Strada était symboliquement posée. Elle se résumera à un immeuble à appartements.
Le 9 mai 2019, la première pierre de la Strada était symboliquement posée. Elle se résumera à un immeuble à appartements. ©Wilhelm & Co